Nouvelles entrées

  • Les Subsistances
    Les Subsistances

    Les Subsistances se trouvent sur le quai Saint Vincent en bord de Saône.

  • Cheval de Bronze
    Cheval de Bronze

    Il occupe le centre le la place Bellecour et dans une certaine mesure le...

  • Palais Saint Jean
    Palais Saint Jean

    Le palais Saint Jean se trouve à l'angle du quai Romain Rolland et de...

  • Musées Gadagne
    Musées Gadagne

    Le musée Gadagne se trouve dans le Vieux Lyon, à la jonction de la rue...

  • Musée d'art contemporain
    Musée d'art contemporain

    Le musée d'art contemporain se trouve dans la cité internationale, la...

Déjà vus

Route de Vienne

Route de Vienne

Situation

  • La route de Vienne commence rue Garibaldi, en prolongement des rues Chevreul et Bloch mais surtout de la rue de la Madeleine qui en était le départ historique.

  • Elle est orientée au sud. Le coté est sort de Lyon après la place du Moulin à Vent. Elle sort entièrement de Lyon pour entrer à Vénissieux après la rue de Surville.

  • Elle traverse ensuite le centre de Saint Fons, celui de Feyzin avant d'entrer dans la campagne, desservir Saint Symphorien d'Ozon et de redescendre sur Vienne.

  • Les voitures circulent vers le nord jusqu'à la rue Duvivier, une voie dans chaque sens ensuite. Les bus 12 et 35 y passent.

Architecture

  • Elle commence très large en faisant une courbe vers le sud. La première partie est moderne, entre des immeubles assez hauts, jusqu'à huit étages, avec un long alignement à l'extérieur de la courbe. Il y a aussi plusieurs ateliers avec des cours et Sogéa dans un grand terrain derrière une palissade. Il reste trois immeubles du début du 20e siècle au 3, 4 et 21.

  • Le croisement avec l'avenue Berthelot forme une sorte de place avec des immeubles disposés sur plusieurs orientations. On peut remarquer les céramiques qui décorent les fenêtres du 44.

  • Elle commence à prendre un peu l'allure de route entre deux alignements irréguliers. De petits immeubles, autour de trois étages et des maisons à un étage avec quelques ateliers dont deux sont peints avec des voitures. Les maisons sont anciennes, assez simples, on peut néanmoins remarquer quelques chapiteaux et ferronneries.

  • Elle amorce une montée pour passer au dessus du chemin de fer dégageant une large vue. Les maisons du 74 et du 81 se retrouvent au dessous de quelques marches d'un trottoir divisé en deux. Un immeuble massif occupe l'angle de la rue du Repos, deux autres celui de la rue Chollat en retrait d'une contre allée avec des places de stationnement, ils se terminent par un bel angle sur la rue Bernard.

  • Elle reprend une allure de route avec une majorité de petites maisons anciennes dont un bel alignement entre la rue Croix Barret et le 126 à l'inscription post tenebra lux, dieu, famille, patrie. Il y a toujours quelques immeubles dont le 108, bien décoré de pierres courbes avec une curieuse enseigne de fer.

  • Elle s'élargit au niveau du grand trou entre des immeubles de la seconde partie du 20e siècle dont certains sont construits en retrait, le square des Zouaves et la place Lebret laissent de larges ouvertures.

  • Il y a de nouveau un élargissement à partir de la place Belleville avec des immeubles chacun différents sur lesquels on peut remarquer quelques beaux arrondis dont deux autour de la rue Carrier.

  • Le 167 et 169 est une impasse qui dessert quelques maisons, à coté, le Centurion du 175 au 183 est ouvert par un grand porche qui donne accès à un jardin et à un autre immeuble en retrait. En face, la clinique Saint Vincent est installée dans une magnifique maison ouverte par un beau portail gravé fondée en 1850. La maison principale est renforcée de deux tourelles, elle est prolongée d'un mur et de pavillons avec d'autres bâtiments en retrait.

  • Un gros immeuble en béton couvert de gravier occupe l'angle est avant la rue de Montagny.

  • Les alignements reprennent ensuite, surtout des immeubles à l'est, des maisons entrecoupées par des jardins à l'ouest. Au 204, une parcelle est restée vide, au 212, elle est gardée par des statues de chien.

  • La chaussée monte un peu et s'élargit sur la place du Moulin à Vent. Au 223, un beau portail et un mur cachent une grande maison dans son jardin, il en dépasse une tour crénelée que l'on voit mieux depuis la place.

  • Ensuite, du coté lyonnais, on trouve deux immeubles, la pizzeria qui a peint des grappes sur ses ouvertures et placé une enseigne de moulin puis l'atelier automobile avec une curieuse terrasse au dessus.

  • La fin est moins urbaine, elle suit un mur presque ininterrompu doublé d'un alignement d'arbres derrière. C'est le mur d'enceinte de l'hôpital Saint Jean de Dieu qui a vendu des parcelles au fil du temps. Derrière, on voit d'abord cinq grandes maisons dans leurs jardins, celle du 246 avec un beau portail. Au 252, un grand portail de fer donne accès aux écoles de la Xavière, une jolie charrette et un christ en croix ont été placés dans le jardin. Le mur cache une maison puis l'immense terrain du clos Layat puis celui encore plus grand de l'hôpital. Cette partie mérite la visite grâce à la fresque du demi millénaire. On y voit d'abord une vue d'ensemble du domaine, puis le cloitre avec Paul de Magallon à sa fenêtre puis huit grands psychiatres sur un tableau.

  • Le portail de l'hôpital laisse apercevoir la belle chapelle au fond d'une longue allée. On peut en voir le clocher un peu plus loin par le mur vitré.

  • Le mur reprend avec un planisphère de Mercator sur carreaux bleus, le divan du docteur Freud permet d'attendre le bus et d'entreprendre une psychanalyse solitaire puis les peintures représentent les armes de Lyon, Grenade et Montemor, Lyon vu en 1998 depuis le quai des Célestins, en 1824 du quai Augagneur, Grenade en 1539 et Montemor en 1495.

  • A Vénissieux, c'est une alternance de maisons et d'immeubles placés en retrait avec un alignement face à l'hôpital.

  • La voie s'élargit terriblement entre des concessions automobiles puis passe sous le périphérique avec des bretelles d'accès.

Dédicace

  • Pendant deux mille ans, on était sur la route principale en direction de Vienne.

Histoire

  • La route de Lyon à Vienne a existé dès avant la création de Lugdunum puisque la puissante ville de Vienne, capitale des Allobroges dominait toute la région et commerçait avec les Ségusiaves installés à Lyon.

  • Le 2 décembre 1500, Marie de Médicis a été accueillie par le gouverneur de Lyon devant le château de Champagneux, route de Vienne.

  • En 1824 Champagneux devenu couvent a été transformé en asile par les frères hospitaliers de Saint Jean de Dieu. Une fresque peinte pour le demi millénaire de la confrérie illustre la naissance de son fondateur au Portugal, son premier établissement à Grenade, des vues de Lyon et des portraits de Magallon, le premier directeur de l'hôpital et de grands psychiatres.

  • Le directeur JB Carrier a publié une étude sur les aliénés de l’hôpital qui débute en 1838 avec 120 incurables. L’écrivain Stanislas Rodanski qui disait son nom venir de celui du Rhône y a fini ses jours en 1981. Un peu plus au nord, la clinique Saint Vincent de Paul a été fondée en 1850.

  • Henri Malartre a fait sa fortune en implantant ici une usine de démolition qui devint la plus importante de France. Il vivait au 26 et utilisait ses voitures pour aider la résistance. En 1944 il a été arrêté, incarcéré à Montluc, puis déporté. Il a acheté le château de Rochetaillée et en a fait le premier musée de l'automobile de France. Le château a été vendu en viager à la ville de Lyon qui l'a reçu en 2016 suite à la mort de sa veuve. On y apprend que Fournier et Marcadier ont été le dernier constructeur de voitures de Lyon avec leur atelier du 108 route de Vienne de 1964 à 1968.

  • Le 7 novembre 2009, les policiers ont retrouvé neuf des onze millions d’euros volés l’avant veille par Toni Musulin cachés dans un garage 175 route de Vienne.

  • Elle était route nationale 7, route des vacances pour les lyonnais et les gens du nord avant l'ouverture de l'autoroute en 1965 qui l'a transformée en rue.

  • Les habitants de la maison de retraite du 29 ont subit une terrible épidémie de grippe au tournant de l'année 2017 avec 13 morts en autant de jours.

Art et associations

  • Pendant des années, au moment des journées du patrimoine, l’hôpital organisait des concerts dans l’immense parc.

  • Rezo 1901 est une maison des associations, il y a une annexe de la MJC de Monplaisir.

  • ASF Lyon 8 club sportif, une salle de Jorky Ball, les terrains de foot du clos Layat.

  • Le bureau Rhône du Cidunati, syndicat des artisans.

  • Les associations lire et faire lire, différence et changements.

Commerces et services

  • Dix restaurants, dont l'olympique qui se déclare médaille d'or des bouchons et sert des mâchons le matin. Huit snacks et sept bars.

  • Huit alimentations, trois boulangeries, une pâtisserie, un marchand de vin.

  • Les glacières de Lyon, un vendeur de vélo, un bazar, un horloger, un fleuriste, quatre artisans, deux magasins de décoration, un de téléphone, une agence immobilière.

  • Cinq stations vélo V.

  • En plus de l'hôpital Saint Jean de Dieu et de la clinique Saint Vincent de Paul, il y a une trentaine de professions médicales et deux pharmacies.

  • Trois magasins de vêtements, un atelier de couture, deux laveries, dix coiffeurs, trois instituts de beauté.

  • Une banque, deux assurances, un bureau de poste, une agence d'intérim.

  • L'école et le lycée de la Xavière.

  • Sogéa Rhône Alpes au 14 et les fermetures Pontille au 54 disposaient d'un grand terrain, au 80 le parc de Toulon a son entrée piétons vers plusieurs entreprises, une dizaine d'autres sont réparties ailleurs.

  • Une auto école, une dizaine de garages autos plus d'autres à Vénissieux concentrés à proximité du périphérique, ainsi que quelques petits commerces place du Moulin à Vent et un petit centre commercial près de la rue Bonin.

Octobre 2009

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Route de Vienne

Route de Vienne

La route de Vienne commence rue Garibaldi, en prolongement des rues Chevreul et Bloch mais surtout de la rue de la Madeleine qui en était le départ historique.

1 autre entrée dans la même catégorie :