Place Paul Duquaire

Place Paul Duquaire

Situation

  • La place Duquaire se trouve dans le cinquième, en rive droite de la Saône sur le quai Romain Rolland.

  • Les piétons peuvent entrer dans le vieux Lyon par la rue du Palais de Justice.

  • La passerelle du Palais de Justice arrive place Duquaire.

  • Le large trottoir est abondamment fréquenté par les touristes arrivant de la passerelle pour entrer dans le Vieux Lyon.

  • Les marches du palais font aussi office de lieu de rendez-vous.

Architecture

  • C’était un simple élargissement du quai Romain Rolland dû à la construction en retrait du Palais de Justice.

  • Hormis l’entrée du parking automobile, la seule construction est le palais de justice qui occupe toute la partie ouest. Il a été construit à partir de 1835 pour être livré en 1847 par l’architecte Baltard dont le fils devint célèbre pour ses pavillons Baltard à Paris.

  • Comme la justice doit en imposer, il s’agit d’un imposant bâtiment juché en haut d’un escalier et barré sur toute sa longueur par 24 colonnes qui le rendent immanquable sinon beau. L’intérieur est richement décoré. Depuis la rénovation, on lui a adjoint deux bassins et dallé de pierre le parvis, les têtes de colonnes et les caissons de plafond sont superbes.

  • En 2013, on a aménagé le débouché de la passerelle avec un sol de fer percé d'un brumisateur. On attend les premiers gels avec appréhension.

  • La vue est bien dégagée sur les quais de Saône avec une statue de Elmsgreen et Dragset, un homme portant son double.

Dédicace

  • L’ancienne place de Roanne a pris le nom de Paul Duquaire, né le 12 février 1859 à Lyon, il y est mort le 14 mars 1932. Il fut conseiller municipal de Lyon, conseiller général et sénateur de Lyon, avocat et grande figure du catholicisme social.

  • En tant qu’avocat il a sûrement eu l’occasion de plaider souvent au palais de justice.

Histoire

  • Cette place a été un lieu d’autorité depuis le haut moyen âge. Le palais des rois Burgondes se serait trouvé à l’emplacement du palais de Roanne. Le roi Gondicaire vint mourir à Lyon et son fils Gondebaud y régna. Clotilde, fille de ce dernier est célèbre pour s’être mariée avec le roi des francs Clovis.

  • Le palais de Roanne aurait été construit vers l’an 1000 par Giraud et Guillaume de Roanne.

  • En 1349, après octante ans de bataille pour le contrôle de la justice, le tribunal arriva sur les lieux rejoignant ainsi les autres offices royaux de Lyon. Pendant tout le 14e siècle, il y a encore eu des heurs avec les représentants du roi établis au palais de Roanne. Certains baillis ont été battus, d’autres emprisonnés. En 1394, les hommes de l’archevêque n'avaient pas totalement abdiqué, ils ont mis à sac la maison de Roanne où se tenait la justice royale.

  • En 1389, Charles VI, après une belle entrée à Lyon a transféré à Lyon la fabrication de monnaie qui était partie à Macon. L'atelier monétaire y est revenu ensuite en 1415.

  • Du 8 au 29 mai 1436, les conseillers de la ville ont été mis dans la prison de Roanne à cause d’un retard qu’avait pris la ville à payer sa taille.

  • En 1535, Cornélius Agrippa en fut l’un des pensionnaires célèbres. Il a écrit un traité de philosophie occulte dont Rabelais parle. Il était capable de payer avec des pièces de poussière qui donnaient l’impression de l’or. Mais il s’est brûlé les ailes en approchant les puissants et en mécontentant le roi.

  • En 1552 on édifia le palais de Roanne qui servait de tribunal et de prison. Le marquis de Cinq-Mars et De Thou y ont été condamnés à mort en 1642.

  • Pendant la grande peste de 1628, la maladie toucha la prison de Roanne, en désespoir de cause, on prit le parti de placer tous les prisonniers sur un bateau et de les livrer aux soins du courant du Rhône pour assurer leur avenir.

  • En 1686, pour rapprocher la justice de ces conséquences, une aile fut transformée en prison. En 1760, la prison fut agrandie en direction des trois églises. De 1772 à 1793, on reconstruisit la prison de Roanne qui devint immédiatement un objet de terreur, ce qui explique certainement la célérité mise à la détruire pour la remplacer par le non moins terrible palais de justice. Les impôts de tout le pays lyonnais étaient établis à partir du palais de Roanne. Le maître des ports tint aussi son bureau ici, il contrôlait les ports du Rhône et de la Saône, de Toffel en amont sur la Saône à Chavanay en aval sur le Rhône.

  • Dans le récit du citoyen Dorfeuille, tué à la prison de Roanne, le narrateur cite l’histoire d’une femme qui aurait été tuée par les défenseurs du siège de Lyon, tuée de trois coups de sabre, coupée en deux, une partie jetée à la Saône, l’autre au Rhône. Les textes de cette époque des deux parties montrent une incompréhension et une désinformation terrible jusqu’aux massacres finaux. Tous se réclamant de la république, les uns accusant les autres de royalisme caché, les autres de faire le jeu des souverains étrangers.

  • Après la révolte de Lyon en 1793, c’est ici que 1940 personnes ont été condamnées à mort par la commission militaire, coupables d’avoir été les défenseurs du siège de Lyon, ils ont fini fusillés où à l’échafaud, aux Brotteaux et sur la place des Terreaux. Le 4 mai 1795, c’étaient 41 jacobins qui étaient massacrés dans la prison après que la convention ait été renversée.

  • Depuis 1847, le palais de justice a été le siège de la plupart des juridictions lyonnaises. Depuis 1995, il a été en partie relayé par le nouveau palais de justice de la rue Duguesclin. La cour d’appel et la cour d’assises y siègent toujours.

  • Adrien Marie Devienne est né à Lyon en 1802, il est mort en 1883. Devenu juge, il est monté jusqu'à la charge suprême de premier président de la cour de cassation. Il a également été député et sénateur.

  • Le 18 août 1860, trois personnes furent convaincus de trois crimes. Dans le doute sur les responsabilités, les trois accusés furent exécutés. Ce fut la dernière condamnation multiple à mort prononcée à Lyon.

  • Caserio, l’assassin du président Sadi Carnot ainsi que Charles Maurras et Klaus Barbie pour leur action pendant l’occupation nazie y furent jugés.

  • En 1972, pour la première fois en France, la justice décidait d'accorder une indemnité à Jean Marie Devaux, condamné à tort pour avoir tué une petite fille à Bron.

  • En 1994, c’est Michel Noir, maire de Lyon et étoile montante de la politique française qui vit son ascension stoppée, il avait bénéficié des abus de son gendre Pierre Botton pour accéder au pouvoir.

  • Sous les colonnes on peut voir la porte de la salle des archives dans laquelle on peut imaginer que les pires turpitudes humaines sont gardées en mémoire. Ces colonnes sont au nombre de 24 et symbolisent les 24 vieillards cités dans l’apocalypse de Saint Jean, autant dire que ceux qui entrent ont à trembler avant le jugement inspiré par un tel jury.

Art et associations

  • L’été 2004, deux lions peints ont été exposés devant le palais, le plus beau a été acheté et peut s’admirer à la brasserie Georges cours de Verdun.

Commerces et services

  • La cour d’appel et la cour d’assises.

Juillet 2004

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Place Paul Duquaire

Place Paul Duquaire

  • La place Duquaire se trouve dans le cinquième, en rive droite de la Saône sur le quai Romain Rolland.

  • Les piétons peuvent entrer dans le vieux Lyon par la rue du Palais de Justice.

  • La passerelle du Palais de Justice arrive place Duquaire.

  • Le large trottoir est abondamment fréquenté par les touristes arrivant de la passerelle pour entrer dans le Vieux Lyon.

30 autres entrées dans la même catégorie :