Place Colbert

Place Colbert





Situation


  • La place Colbert se trouve à l'est des pentes de la Croix Rousse, elle offre un Belvédère sur les toits et sur l'est lyonnais. Quand le temps s'y prête, la vue porte jusqu'aux Alpes.

  • La circulation automobile se fait dans les deux sens avec des arrivées depuis la montée Saint Sébastien et les rues Mottet de Gérando, Lemot et Diderot alors que la sortie se fait par la rue Diderot et la montée Saint Sébastien.

  • A l'ouest des escaliers montent rue de Sève.

  • Elle est bordée tout du long et en contrebas par la montée Saint Sébastien que des escaliers permettent de rejoindre, la montée d'escalier la plus au sud, bizarrement bâtie a des allures de passage.

  • Au sud, une traboule à trois sorties mène montée Saint Sébastien ou rue Imbert Colomès.


Architecture


  • La place est bordée sur trois cotés d'immeubles de cinq étages, ils ont tous été construits autour des années de 1840 à 1850.

  • L'est situé dans la pente est dégagé, c'est là qu'est aménagée la place avec un parterre de gohrre et des alignements de platanes.

  • La partie nord part en butte arborée, derrière laquelle se cache la forme massive de l'église Saint Bernard, la plus cachée de Lyon.

  • La plus célèbre traboule de Lyon, la traboule dite des Voraces s'emprunte par le sud de la place. L'escalier de pierre qui fait face à l'entrée dans la cour est impressionnant, d'autant que l'ensemble a été rénové en 1995. Cette traboule est la pièce maîtresse du circuit des Voraces qui va du Gros Caillou, au bout du Boulevard de la Croix Rousse jusqu'à la place des Terreaux en parcourant plusieurs traboules.


Dédicace


  • Jean Baptiste Colbert est né à Reims en 1619, il est mort à Paris en 1683. Il est surtout connu comme ministre de Louis XIV, dirigeant les finances de la France, favorisant les manufactures et le commerce. Il a fondé l'académie des sciences et l'observatoire de Paris.

  • Du point de vue local, étant jeune, Colbert, qui était fils de drapier a fait un stage à Lyon chez le négociant Mascrani qui a aussi sa rue dans le quartier. Moins anecdotique, en 1667, c'est lui qui a mis en place le règlement de la grande fabrique organisant la manufacture de la soie à Lyon. Coysevox l'a représenté en buste.

  • Il est aussi honoré par un lycée rue Louis Jouvet.

  • La place avait été dessinée sous le nom de place du Marché couvert.

Histoire


  • Le quartier a été construit pour loger les canuts, leurs métiers et leurs familles au 19e siècle, la place reste symbolique de la troisième révolte des canuts en 1848, durant laquelle les organisations ouvrières tinrent tête quelques mois. Une plaque est apposée au pied de l'escalier pour honorer les ouvriers qui ont lutté pour leur liberté. Ces révoltes et surtout les organisations qui les menaient, comme les Voraces ici, ont posé les fondements des premières organisations coopératives, syndicales et mutualistes.

  • Les Voraces ont perduré en confrérie mise en place pour lutter contre le renchérissement du vin au moment où les tenanciers de bars ont cherché à remplacer la bouteille de vin de 1litre04 par un pot de 48cl. Aujourd'hui, le pot lyonnais ne contient plus que 46cl. Les ouvriers avaient monté un système coopératif pour aller s'approvisionner directement en tonneaux de vin de Millery ou du Beaujolais et organiser leur propre distribution beaucoup plus économique.

  • Le 8 décembre de chaque année, le circuit des Voraces est mis en lumière par des artistes.

  • Certaines années, à l'opposition des montées aux flambeaux organisées de Saint Jean à Fourvière un défilé est organisé par les antireligieux. En l'an 2000, le mot d'ordre était, 2000 ans d'obscurantisme, il n'y a pas de quoi jubiler, en réaction au jubilé de l'église catholique.


Art et associations


  • Le music pub la Fourmi Rouge y représente la musique.

  • Pendant quelques années, Jean Marc Le Bihan a tenu ici un bar du nom d'une de ces chansons, Le coeur des gens ainsi qu'une salle de concert Colette Magny qui recevait surtout des concerts de chanson française dont Le Bihan faisait volontiers la première partie. Maintenant on peut parfois entendre chanter et discuter Le Bihan quai Romain Rolland au marché de la création, il alterne ses compositions et du Jacques Brel. Cet emblématique chanteur lyonnais a sorti quelques disques réédités en CD. Par les bizarreries du chauvinisme et la consonance de son nom, c'est en Bretagne qu'ils sont le mieux distribués.

  • Les boulistes se réunissent souvent sur la place.

  • L'été, il y a souvent des concerts ainsi que quelques animations conviviales.


Commerces et services


  • On y trouve :
  • Plusieurs sociétés de communication, Cobalt, Symétrie et Flash info qui publie une revue de presse de Rhône-Alpes sur Internet.

  • Une épicerie.

  • Un laboratoire dentaire.

  • Quelques facilités, une boite aux lettres, un arrêt du 6, des toilettes, une cabine téléphonique.



Janvier 2004

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Place Colbert

Place Colbert

La place Colbert se trouve à l'est des pentes de la Croix Rousse, elle offre un Belvédère sur les toits et sur l'est lyonnais. Quand le temps s'y prête, la vue porte jusqu'aux Alpes.

30 autres entrées dans la même catégorie :