Montée de la Chana

Montée de la Chana

 


 

Situation

  • La montée de la Chana débute quai Pierre Scize à 171m475 au-dessus du niveau de la mer, mais surtout au-dessus de la Saône. La montée se termine chemin de Montauban, à mi-pente de la colline de Fourvière, face à l'école Sainte Marie. Ici, pas de plaque en fonte pour indiquer le dénivelé gravi, mais un plan de la colline avec des courbes de niveau. Le plan est quasiment illisible et je le soupçonne d'exclure l'endroit où l'on se trouve.

  • On peut continuer sur Fourvière, soit en tournant à gauche pour aller chercher la montée Nicolas de Lange, soit en partant à droite, par la piste de ski si le portail est ouvert, sinon par la montée de la Sarra.

  • Elle fait la limite entre le cinquième et le neuvième arrondissement.

Architecture

  • C'est un escalier doublé d'un collecteur d'eau qui dévale Fourvière sur sa pente nord.

  • La montée se prend dans un renfoncement du quai entre deux maisons anciennes du quai, le coté impair est bien aligné, le n°1 bis semble une vieille usine reconvertie en logements. Les maisons coté impair sont aussi anciennes, mais plus individualisées et séparées par des cours.

  • Plus haut, la montée fait des angles dans l'un desquels se trouve une étonnante cheminée de briques, puis on chemine entre deux murs de pierres qui protègent de grands jardins.

Dédicace

  • Au moyen âge, il y a eu un prieuré de filles de la Chana qui a laissé son nom à la montée. Le prieuré aurait été fondé par l'archevêque Jean de Talaru vers 1430, et abandonné progressivement au 16e siècle.

  • Chana viendrait du fait qu'une fontaine coulait en telle abondance avant sa réparation en 1529 que la rue entière lui servait de lit.

  • Le mot était autrefois utilisé pour chéneau.

  • Chana serait une déformation de canabula, les tuiles creuses qui récoltent l'eau et qui sont restées sous le terme chanée.

Histoire

  • En 1310, il y avait un couvent Saint Martin le Noir à la Chana en bas de la montée, à l'angle de la porte Bourgneuf, il y était toujours en 1390.

  • En 1419, on a fait repareiller le pas de la Chana où chacun passait à pied ou à cheval.

  • Au 16e siècle, un orphelinat a été ouvert dans le cadre de l'hôpital de la Charité, les orphelins ont été regroupés à la Charité au milieu du 17e siècle.

  • Après le départ des protestants en 1563, trois temples furent maintenus dans Lyon, dont un ici.

  • Une plaque conserve la mémoire de Alfred Petot assassiné par la milice le 24 mars 1944.

Art et associations

  • La maison Claudius Forestier fédère plusieurs associations de sourds au n°4. MCF, APES, ASS, CMJS, SE et ULSF.

  • L'association sportive des sourds de Lyon organise un tournoi de pétanque sur l'île Barbe.

  • Au n°10, un portail s'ouvre sur le clos familial club boules.

Commerces et services

  • Pas la moindre usine de Chana, seuls les toits en arrête et la cheminée trahissent un passé industriel. La cheminée sert toujours, l'inventaire des tunnels ferroviaires de France, nous apprend qu'elle sert à l'aération du tunnel de Loyasse qui relie Saint Paul à Gorge de Loup.

Février 2006

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Montée de la Chana

Montée de la Chana

La montée de la Chana débute quai Pierre Scize à 171m475 au-dessus du niveau de la mer, mais surtout au-dessus de la Saône. La montée se termine chemin de Montauban, à mi-pente de la colline de Fourvière, face à l'école Sainte Marie. Ici, pas de plaque en fonte pour indiquer le dénivelé gravi, mais un plan de la colline avec des courbes de niveau. Le plan est quasiment illisible et je le soupçonne d'exclure l'endroit où l'on se trouve.

30 autres entrées dans la même catégorie :