Montée Georges Kubler

Montée Kubler






Situation


  • On peut arriver montée Georges Kubler depuis la rue de Belfort, la rue Janin, le passage Richan ainsi que la rue Richan qu'un immeuble très étroit réunit. Elle va vers l'est, traverse la rue de la Tour du Pin puis descend à la rue Saint Dié. Un escalier permet de remonter rue Thévenet.

  • La circulation se fait de la rue de Belfort vers la rue Saint Dié qui continue la descente à angle droit vers la Boucle.


Architecture


  • C'est une rue étrange, tordue, sans véritable alignement, les bâtiments sont hétéroclites, certains sans accès à la rue, des constructions du 19e siècle, immeubles, maisons et usines, ainsi que des immeubles de la fin du 20e siècle en béton moche et du début du 21e, beaucoup plus jolis.

  • On peut remarquer les deux immeubles construits vers 2004 à l'angle de la rue de Belfort avec leurs belles terrasses et leurs grands balcons.

  • Le n°2 avec une seule colonne de fenêtres qui la sépare de la rue Richan.

  • Le n°5, une petite maison qui doit être bien convoitée par les promoteurs.

  • A l'angle de la rue Jullien, une façade ancienne a été décorée par une fresque à moitié peinte avec une grande croix en relief, au pied, il y a une petit porte désaffectée, sur son volet, un admirateur lui a écrit son amour à la craie. En face, un grand angle coupé est ouvert par d'immenses vitres.

  • La seconde partie est plus étroite, les immeubles modernes sont ouverts par des portails de garages à voiture, il n'y a pas de stationnement.

  • Coté sud, aucune porte ne permet d'entrer, les immeubles sont construits sur le plateau, rue Richan alors qu'on est déjà dans la pente, du coup, ils dominent, jusqu'à neuf étages plus haut.

  • Coté nord, après trois maisons à deux étages, c'est un jardin à cyprès qui couvre le parking d'un immeuble de la rue Ruplinger, puis la villa Conti, petit immeuble moderne de trois étages fait l'angle avec la rue de Saint Dié.


Dédicace


  • Georges Kubler est né en 1913, il est mort pour la France en 1945 en déportation.

  • Il était commissaire de police à Lyon et a participé à la résistance dans le réseau Gallia.

  • La montée Kubler monte beaucoup moins que la rue Saint Dié voisine, est ce l'influence du coureur cycliste homonyme qui a fait choisir ce qualificatif ?

  • Elle a d'abord été partie de la rue Janin, puis montée Mazagran.


Histoire


  • On voit la montée Kubler sur un plan de 1810 elle se terminait alors en impasse avec une maison au bout.

  • Les constructions datent du milieu du 19e siècle pour la fabrique de la soie.

  • Elle est en intense transformation depuis la fin du 20e pour y construire des habitations.

  • La maison de soierie Tassinari et Chatel existant depuis plus de trois siècles y a eu ses ateliers qui ont été démolis à la fin du 20e siècle. Un employé canut qui y a vécu a écrit un intéressant témoignage, expliquant le tissage mécanique en texte et en photos. Le site semble avoir disparu ...


Art et associations


  • La fresque à la gloire des canuts de la Croix Rousse paraît un peu ironique avec sa devise, file le temps, restent les canuts, Croix Rousse éternelle pour une histoire qui n'a duré qu'un siècle.


Commerces et services


  • Ils sont absents de la montée Kubler.



Octobre 2006

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Montée Georges Kubler

Montée Georges Kubler

On peut arriver montée Georges Kubler depuis la rue de Belfort, la rue Janin, le passage Richan ainsi que la rue Richan qu'un immeuble très étroit réunit. Elle va vers l'est, traverse la rue de la Tour du Pin puis descend à la rue Saint Dié. Un escalier permet de remonter rue Thévenet.

30 autres entrées dans la même catégorie :