Nouvelles entrées

  • Les Subsistances
    Les Subsistances

    Les Subsistances se trouvent sur le quai Saint Vincent en bord de Saône.

  • Cheval de Bronze
    Cheval de Bronze

    Il occupe le centre le la place Bellecour et dans une certaine mesure le...

  • Palais Saint Jean
    Palais Saint Jean

    Le palais Saint Jean se trouve à l'angle du quai Romain Rolland et de...

  • Musées Gadagne
    Musées Gadagne

    Le musée Gadagne se trouve dans le Vieux Lyon, à la jonction de la rue...

  • Musée d'art contemporain
    Musée d'art contemporain

    Le musée d'art contemporain se trouve dans la cité internationale, la...

Déjà vus

Montée des Génovéfains

Montée des Génovéfains





Situation


  • La montée des Génovéfains débute montée Saint Laurent, près d'une boucle de Choulans, au-dessus de l'entrée du tunnel de chemin de fer. Elle monte, raide et tortueuse, en direction de l'ouest pour se terminer avenue de la Première DFL, face au fort Saint Irénée, non loin de la place.

  • La montée de Choulans la divise en trois parties, la partie basse est pavée et bloquée en haut par un escalier. La partie centrale est réservée aux piétons par des barrières. Les voitures circulent en montée sur la partie haute qui est goudronnée.

  • Les piétons peuvent rejoindre le bord de Saône par une allée qui longe le bâtiment du tunnel de Fourvière.

  • En descendant, on est presque dans l'alignement de l'avenue Berthelot dont on peut suivre le tracé.


Architecture


  • Coté sud, on est d'abord dominé par le mur du lycée Dom Bosco, il est en pierre et surélevé d'un étage couvert de bois. Une vierge à l'enfant veille à l'angle de la rue Saint Laurent. Les quatre étages du lycée en béton dominent ensuite directement la montée. Vu d'en dessus on en voit le toit triangle. Le coté nord est limité par un mur de pierres au-dessus duquel on a une belle vue sur Lyon.

  • Au-dessus, on passe entre deux murs de pierres qui cachent des jardins et des maisons anciennes. Au 4 bis, le mur est ouvert sur une impasse qui dessert deux maisons en second plan.

  • La seconde partie est courte, elle passe entre deux murs de pierres de jardins et ressort entre deux flancs de maisons anciennes de un étage ouvrant sur Choulans. Celle du nord a un pilier de portail sculpté.

  • Sur la troisième partie, le mur crépi est continu coté nord, il est très haut et masque tout, il soutient le jardin de la propriété du diocèse.

  • Coté sud, il est ouvert sur le jardin d'un gros immeuble à lignes de balcons au 9. Au 11, un beau portail à trois ouvertures avec de curieuses ferronneries laisse voir une maison et une tour ronde. Au 13, c'est un petit immeuble de trois étages. Au 15, une belle maison bien enduite épouse le mur et la courbe de la rue. Elle est ouverte par un beau portail encadré de fer, possède une ouverture arquée au niveau de la rue plus une rangée de fenêtres à volets. Elle est adossée à un mur puis un talus qui rejoint l'avenue de la 1er DFL.

  • Coté nord, la montée se termine par le grand bâtiment fait d'un alignement de trois corps classiques qui regarde la ville, il est collé au chevet de Saint Irénée avec lequel il forme un bel ensemble à l'architecture un peu brouillée par des constructions annexes.


Dédicace


  • Le couvent des Génovéfains était en haut de la montée, près de l'église Saint Irénée. Leur maison est toujours en place et sert de maison diocésaine, place Saint Irénée. Un groupe de Génovéfains est venu en 1702 depuis ce qui est devenu le Panthéon à Paris pour remplacer les chanoines de Saint Irénée.

  • Ces moines portaient ce nom pour leur dévotion à Sainte Geneviève qui est aussi honorée dans le sixième.

  • Auparavant, on était sur le chemin de Saint Irénée à la Quarantaine.


Histoire


  • Cette montée se trouve déjà sur le plan de 1550, elle desservait alors le hameau de Choulans.

  • L'architecte Toussaint Loyer est venu s'installer à Lyon en 1747 pour construire un couvent aux Génovéfains. La plaque historique parle de 1749 et attribue les plans à Soufflot.

  • Au 19e siècle, on a retrouvé de nombreux cippes funéraires dont celui d'un soldat Batave, dans un des murs du couvent des Génovéfains alors devenu couvent Saint Michel et refuge de jeunes filles.

  • En 1912, les écoles religieuses ont installé leur école d'instituteurs au n°9.

  • En 1983, on a construit les immeubles des terrasses de Lyon, les derniers de ce style, puisque la ville a interdit de dépasser les cinq étages l'année suivante dans le quartier, en témoignent les immeubles du n°13, construits en 1989.

  • Henri Longchambon a vécu au n°13, il a été sénateur et ministre.


Art et associations


  • L'église catholique y a plusieurs de ses activités dans la maison diocésaine, dont la radio, mais l'entrée principale se trouve place Saint Irénée.


Commerces et services


  • Il y a une entrée secondaire du lycée Dom Bosco.




Mars 2008

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Montée des Génovéfains

Montée des Génovéfains

La montée des Génovéfains débute montée Saint Laurent, près d'une boucle de Choulans, au-dessus de l'entrée du tunnel de chemin de fer. Elle monte, raide et tortueuse, en direction de l'ouest pour se terminer avenue de la Première DFL, face au fort Saint Irénée, non loin de la place.

30 autres entrées dans la même catégorie :