Montée Nicolas de Lange

Montée Nicolas De Lange






Situation


  • La montée Nicolas de Lange part en perpendiculaire vers le sud à la jonction de la montée des Carmes Déchaussés et du chemin de Montauban.

  • Elle grimpe jusqu'au pied de la tour métallique.

  • Elle fait ensuite deux coudes puis rejoint la place de Fourvière.

  • Elle est piétonne sur sa plus grande partie et sert de parking pour sa partie haute.

  • Quand on arrive en haut, comme c'est l'une des montées les plus rudes de Lyon, même en plein hiver il n'y fait jamais froid.

  • Certains l'utilisent pour faire une promenade digestive au sortir des bouchons lyonnais, à ceux là je conseille d'adopter un rythme lent sinon votre tablier de sapeur ou votre saucisson brioché risquent bien de vous tomber dans les mollets à moins que votre cervelle de canut ne vous laisse le souffle court en proie à des hallucinations avant d'atteindre l'esplanade de Fourvière.

  • Il est aussi possible de la descendre en vélo, ce moyen semblerait le plus rapide s'il ne fallait pas remonter l'engin mis à mal par les vibrations après la descente des escaliers.



Architecture


  • Des escaliers, petits et nombreux grimpent entre deux vieux murs de pierre. On peut y voir une petite pierre sculptée.

  • Ces murs font la joie et le régal des taggueurs et protègent des jardins. Comme ils ne sont pas trop hauts et qu'ils laissent passer les branches, l'ambiance est presque bucolique. Il en dépasse aussi le toit d'une maison à charpente débordante et d'autres en forme d'usine.

  • Quand on regarde vers le bas, on peut avoir de belles vues sur la Croix Rousse et Rillieux.

  • Si on lève la tête, on est alors saisi par la vision d'une tour Eiffel (une copie de 85 mètres de haut) qui constitue le terme de la montée. C'est un repère pour toute la ville et la nuit elle est illuminée par un éclairage d'un bel effet.

  • Au pied de la tour on s'aperçoit que les pieds métalliques de la vraie tour Eiffel sont ici remplacés par un socle de béton nettement moins élégant.

  • Après la tour, on se trouve sur une partie plate, à l'est la rue est bordée de maisons basses à deux étages dont l'une fut bâtie en 1803, ces maisons sont assez pittoresques. Deux piliers de portail ont leur tête gravée de sculptures bien usées. A la suite de ses maisons, on arrive à l'esplanade de la basilique de Fourvière dont on admire ici la blancheur des pierres du flanc nord.

  • A l'ouest un mur protège une grande propriété avec une tourette et une grosse maison fait l'angle de la place de Fourvière.


Dédicace


  • Nicolas de Lange était un savant lettré de la renaissance, lieutenant et conseiller du roi, qui tenait ici une sorte d'académie. Son fils s'appelait ainsi également il est mort en 1606, il a été enterré à Saint Georges à 37 ans.

  • La rue s'est appelée successivement Gratte Cul, de l'Ange, de l'Angélique du nom de la propriété de Nicolas, puis rue des Anges comme une rue actuelle à Saint Just avant d'être attribué à Nicolas de Lange.

  • Nicolas de Lange a aussi acheté la maison de l'Obéancier, 21, rue des Macchabées en 1564.

  • La famille de Lange a possédé la seigneurie de la Croix Rousse de 1578 à 1694.

  • En 1851, Sébastien Kaufmann l'appelle la montée Musique des Anges dans son ouvrage les bords de Saône de Lyon à Chalons.


Histoire


  • La partie proche de Fourvière a été occupée à l'époque romaine.

  • C'est une montée très ancienne où se trouvaient des vignes durant le moyen âge. Les grandes propriétés des couvents l'ont protégé de l'urbanisation jusqu'à présent.

  • En direction de l'ouest, on peut entrer dans le parc des Hauteurs par un cheminement qui est resté après l'arrachage des rails d'un funiculaire, une ficelle peu différente de celle qui arrive tout près, en face de l'entrée de la basilique.

  • Cette ficelle partait de la rue Juiverie, montait la colline et ressortait ici pour porter les morts jusqu'au cimetière de Loyasse. On voit encore les sculptures sur les montants des portails de chaque coté de la rue. On peut lire une explication dans le parc des hauteurs en empruntant le portail ouest.

  • Le n°7 est une maison historique puisque y naquirent des sommités dont la moindre est Albert Husson et qu'y dormirent des éminences dont le pape Pie VII en 1805 au retour du couronnement de Napoléon. La pierre au dessus du portail est gravée en souvenir de la visite du pontife avec la date du 19 avril 1805.

  • En 1893, M. Gay avait fait construire la tour métallique sur le modèle de la tour parisienne pour y établir un restaurant et une plate-forme panoramique, la vue devait et doit toujours y être saisissante, mais en 1963, la tour a été fermée au tourisme et sert de relais de télévision.


Art et associations


  • Albert Husson y est né, y vécut et y écrivit une comédie nommée la cuisine des anges, fatalement inspiré par le nom de sa rue.


Commerces et services


  • En plus du relais TDF on trouve le siège d'un centre de formation de l'enseignement privé CNFEPT.




Février 2004

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Montée Nicolas de Lange

Montée Nicolas de Lange

La montée Nicolas de Lange part en perpendiculaire vers le sud à la jonction de la montée des Carmes Déchaussés et du chemin de Montauban.

30 autres entrées dans la même catégorie :