Montée des Carmélites

Montée des Carmélites

Situation

  • La montée des Carmélites est une partie d'un trajet qui relie le plateau de la Croix Rousse au quartier saint Vincent proche de la Saône.

  • Elle vient en prolongement de la rue de la Tourette après la place Morel et se finit au niveau du croisement des rues Burdeau, du Jardin des Plantes et de l'Annonciade pour continuer sous le nom de rue Fernand Rey.

  • C'est une rue qui descend en faisant une courbe.

  • La circulation se fait dans le sens de la montée dans la partie haute, un court passage à double sens entre les rue Neyret et Sportisse.

  • La partie basse étant en escalier au pied duquel se trouve un petit parking.

Architecture

  • La partie haute est bordée de maisons anciennes de trois à cinq étages, l'une des plus récentes datant de 1900. Cette partie est très étroite, plus bas, alors que la partie ouest est construite, la partie est borde le jardin des plantes.

  • On longe ensuite le couvent de la congrégation des soeurs de Saint Charles qui fait suite au monastère de l'Annonciade céleste fondé ici en 1624.

  • En bas des escaliers, la rue se termine par deux immeubles de style canut du 19e siècle de six étages.

Dédicace

  • Les Carmélites s'installèrent le long de la montée en 1616, entre les Annonciades et les Chartreux. Après la révolution, ce sont les soeurs de Saint Charles qui ont repris le couvent de l'Annonciade jusqu'à ce jour pour y implanter leur maison mère. Les Carmélites chassées en 1794 n'ont jamais vraiment abdiqué et ont pu retrouver une résidence fixe en 1855 rue Roger Radisson.

  • Cet ordre suit les traces de Berthold, un ermite installé sur le mont Carmel en Palestine et qui fit aussi des émules de l'autre côté de la Saône au monastère des Carmes Déchaussés, ainsi que celles de Sainte Thérèse qui établit son monastère à Avila en 1568.

  • Les hommages successifs l'ont dépouillée d'une grande partie de sa longueur puisque De La Tourette s'est vu attribuer le haut de la montée, puis Morel a eu droit à sa place, et enfin, après 1945, Fernand Rey a eu droit à sa plaque sur le bas de la rue.

Histoire

  • L'histoire de cette montée est aussi ancienne que l'histoire de Lyon puisque c'était l'un des trois cheminements servant à gravir la colline de la Croix Rousse. Une plaque rappelle d'ailleurs que ce trajet s'appelait la voie du Rhin.

  • L'empereur Agrippa avait organisé les voies romaines de la Gaule en partant de Lyon. Il y avait la Narbonnaise qui passait au-dessus de la Saône par le chemin des Fontanières, l'Aquitaine qui partait par la rue de Trion et donc la voie du Rhin qui descendait la montée Saint Barthélemy, traversait la Saône, suivait la rue Blandan puis la montée des Carmélites.

  • On dit qu'il s'y tenait un mystérieux culte aux trois Nornes, déesses lunaires gardiennes du destin.

  • Le 22 novembre 1831, un bataillon de l'armée qui tentait de prendre le plateau d'assaut s'est fait désarmer par les canuts dans la montée des Carmélites, désormais, ces derniers disposaient d'armes et de munitions.

  • Cette rue ne porte décidément pas chance puisqu'en 1999, une balayeuse de la ville a vu ses freins lâcher écrasant un collégien. A la suite de ce drame, la circulation en descente a été réglementée.

Art et associations

  • Une association d'art, le Balbuzart y tient son siège.

  • Reverchon y tenait une école d'accordéon aujourd'hui fermée.

  • Dans une vitrine, un article du journal Libération daté de décembre 2003 fait gloire à Henri Berthet artiste de l'insolite qui a donc des admirateurs dans la rue.

Commerces et services

  • Les pas de porte nombreux sont pour la plupart fermés. La rue est trop étroite pour accueillir à la fois la circulation automobile et une vie piétonne plaisante, si les voitures sont découragées, le lieu redeviendra certainement beaucoup plus accueillant. En cette année 2004, la mairie a le projet de revivifier 140 pas de portes sur les pentes de la Croix Rousse, la Montée des Carmélites gagnerait beaucoup à cette renaissance.

  • Il reste cependant cinq restaurants, surtout des sandwicheries en raison de la présence du collège Truffaut place Morel.

  • Un bar célèbre l'Atmosphère qui a inspiré une chanson dans laquelle il est associé au Bistroy.

Et aussi

  • Un bureau d'études.

  • Une agence immobilière.

  • Un coiffeur.

  • Un tabac.

  • Une cabine téléphonique.

Février 2004

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Montée des Carmélites

Montée des Carmélites

La montée des Carmélites est une partie d'un trajet qui relie le plateau de la Croix Rousse au quartier saint Vincent proche de la Saône.

30 autres entrées dans la même catégorie :