Grande rue de la Croix Rousse

Grande Rue de la Croix Rousse






Situation


  • C'est une rue assez étroite, un peu tortueuse qui part de la place de la Croix Rousse, traverse tout le 4e arrondissement vers le nord pour se terminer à la place Joannès Ambre, elle se prolonge sur Caluire sous le nom de rue Coste jusqu'à la place Ferry où elle rejoint le boulevard des Canuts. En poursuivant le long de l'infirmerie protestante, on aboutit au départ de la voie de la Dombes qui permet de marcher jusqu'à Sathonay.

  • La circulation se fait du nord au sud sur une voie avec un stationnement d'un seul coté alternativement.

  • Les bus 13 et 33 l'empruntent.


Architecture


  • Elle est bordée tout du long de maisons assez basses. Il y a alternance entre des maisons de un étage construites autour du 16e siècle, toutes simples mais qui font le charme et l'originalité de la rue et d'autres maisons, plus nombreuses, à trois étages qui datent du 19e.

  • La rue est assez longue mais un seul immeuble moderne dépare de l'ensemble.

  • Plusieurs passages assez profonds s'engagent coté ouest, ils desservent de petites maisons et des cours assez pittoresques comme celle du n°7.

  • Coté est, il y a une belle enfilade de maisons anciennes entre la rue du Chariot d'Or et le n°48 qui peuvent donner une idée de l'entrée de Lyon il y a cinq cent ans.

  • Il y a un balcon charmant au n°70.

  • A la fin, la rue s'ouvre sur la place Ambre, en face, on arrive au grand portail de l'hôpital qui ouvre sur un grand escalier, l'horloge et le clocher.

  • Après les façades plus majestueuses du n°97 et n°99, la rue se termine vraiment sur l'entrée principale de l'hôpital.


Dédicace


  • Il faut impérativement aller jusqu'au bout de la grande rue pour voir la grande croix de pierre qui a donné son nom à tout le quartier.

  • Au départ la croix a donné son nom à la commune de la Croix Rousse avant son rattachement à Lyon, à cause de sa couleur dorée.

  • La croix qui trône n'est pas la croix historique. En effet, les croix ont eu une histoire mouvementée. La première Croix érigée en 1560 fut abattue par les protestants deux ans après. Vers 1596, une seconde Croix de pierre Rousse a été construite, elle est restée jusqu'aux révolutionnaires de 1792. En 1815, on éleva une nouvelle croix. Elle resta jusqu'en 1882, mais le maire Gailleton était un farouche anticlérical, il a profité de l'inauguration de la seconde ficelle de la Croix Rousse où il avait convoqué tout le quartier pour dévoiler le Gros Caillou. Pendant la cérémonie, quelques agents municipaux étaient en charge d'aller en douce détruire la croix. Ainsi, pendant de nombreuses années, la rue n'a plus bénéficié de l'emblème qui lui donna son nom jusqu'à l'aménagement récent de la place Joannès Ambre.


Histoire


  • Pendant des siècles, ce chemin fut celui des commerçants et des pèlerins qui venaient du nord, notamment d'Allemagne.

  • Au 15e siècle, le trafic s'intensifiant, on a commencé à aménager des auberges, des relais de chevaux et différents services aux voyageurs.

  • Ce phénomène s'est accru au siècle suivant pour donner une partie de sa physionomie à la rue. Ce commerce a périclité au moment où la route royale a été ouverte le long du Rhône.

  • A partir de la fin du 18e siècle, la zone s'est urbanisée pour occuper toute la rue.

  • A l'ouest, les opérations de lotissement se sont faites de façon originale, avec de fines bandes de terrain coupées jusqu'à la rue de Cuire. On peut avoir une belle illustration de ce découpage parcellaire en prenant la rue Calas et en revenant en traboulant par le clos Carret.

  • De 1856 à 1861, l'hôpital de la Croix Rousse s'est installé ici. Il bénéficie actuellement d'importants travaux d'agrandissement qui ne se voient pas de la rue. Il faut monter les larges escaliers pour arriver sur une majestueuse esplanade face au bâtiment historique dont le clocher dépasse avec les ailes modernes dans le prolongement des deux grosses ailes de pierre.

  • En 1866, les eaux du puits du 101 grande rue de la Croix Rousse étaient les plus pures de la ville.

  • Le 15 juin 1944, les résistants Georges Livet, René Israël, Noël Juneau et un inconnu ont été torturés et assassinés par la Gestapo dans l'hôpital. Une plaque posée sur le mur d'accès le rappelle.


Art et associations


  • Au 99 se trouve le petit magazine Neox qui est un guide de loisirs urbains.

  • Il y a un grand ensemble associatif dans la cour du n°77 avec le cinéma Saint Denis, installé dans une maison, la Croix Rousse natation, le cercle Saint Denis, cartes et boules, le studio Art Scène.

  • Un magasin d'encadrement, aux deux palettes, pour mettre en valeur les photos que vous aurez fait tirer chez trois photographes.

  • Vous préférez le 9e art, la BD est une librairie qui en vend.


Commerces et services


  • C'est la principale rue commerçante du quartier, les trottoirs sont en permanence bien fréquentés.

  • Chaque année, à l'automne, la Grande Rue fait sa braderie qui attire la foule dans la rue rendue piétonne pendant deux jours.

  • Les commerces les plus représentés sont les vêtements, une trentaine plus onze magasins de chaussures.

Sinon on y trouve de tout, jugez :

  • Trois restaurants, trois snacks, trois bars.

  • Quatre alimentations, deux boulangeries, une boucherie, un magasin de chocolat et un autre de café.

  • Un magasin d'artisanat latino-américain.

  • Un magasin de meubles, un d'électroménager, trois de téléphone, une salle de jeux informatiques, un de location vidéo.

  • Un magasin de jouets.

  • Une entreprise de pompes funèbres.

  • Deux fleuristes, onze magasins de décorations de toutes sortes.

  • Deux magasins d'articles de sports dont le successeur de l'illustre Caribou.

  • Deux magasins de linge, un de tissus, deux ateliers de couture, trois pressings.

  • Une papeterie et deux marchands de journaux.

  • Cinq coiffeurs, cinq esthéticiennes, trois parfumeries, cinq bijouteries.

  • Deux maroquineries, un tabac.

  • Une école primaire Saint Denis.

  • Deux médecins, un infirmier, un dentiste, trois pharmacies, six opticiens.

  • C'est aussi ici que se trouve l'hôpital de la Croix Rousse ouvert en 1861, qui est destiné à devenir l'un des trois grands pôles médicaux de l'agglomération lyonnaise avec Lyon sud à Saint Genis Laval et Lyon est autour de Grange Blanche. Il va absorber tous les plus petits hôpitaux jusqu'alors disséminés dans la ville, notamment notre historique Hôtel Dieu. Il possède toutes les disciplines médicales et chirurgicales, une importante maternité et une unité de biologie.


Octobre 2004

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Grande rue de la Croix Rousse

Grande rue de la Croix Rousse

C'est une rue assez étroite, un peu tortueuse qui part de la place de la Croix Rousse, traverse tout le 4e arrondissement vers le nord pour se terminer à la place Joannès Ambre, elle se prolonge sur Caluire sous le nom de rue Coste jusqu'à la place Ferry où elle rejoint le boulevard des Canuts. En poursuivant le long de l'infirmerie protestante, on aboutit au départ de la voie de la Dombes qui permet de marcher jusqu'à Sathonay.

30 autres entrées dans la même catégorie :