Rue Pouteau

Situation

  • La rue Pouteau dégringole les pentes de la Croix Rousse, elle alterne des passages goudronnés et des passages d’escaliers.

  • Elle commence en haut et au nord à l’union des rues De Sèze et Jean Baptiste Say et se termine rue Burdeau sur les escaliers du passage Donat.

  • Les voitures descendent jusqu’à la rue Lemot. On les retrouve à double sens entre les rues Diderot et Imbert Colomès avec le passage du bus 6. Et une dernière fois elles descendent de la rue des Tables Claudiennes jusqu'à la rue Burdeau.

  • Des escaliers unissent les rues Imbert Colomès et des Tables Claudiennes, d’autres permettent de monter de la rue Diderot à la rue Lemot.

  • C’est dire s’il est beaucoup plus pratique de la descendre à pied. D’autant que le haut des escaliers au niveau de la rue Lemot offre une belle vue sur la presqu’île avec comme point de repère l’un des dômes de l’Hôtel Dieu.

  • Un autre escalier face à la rue Diderot permet de rejoindre les jardins de la Grande Côte.

Architecture

  • Au 2 se trouve un HLM bâti vers 1980, l’entrée traboule avec l’esplanade de la Grande Côte et la rue Say, mais les grilles sont fermées.

  • Plus bas, on trouve essentiellement des immeubles du 19e siècle assez hauts, six étages avec les belles façades sobres et régulières typiques du quartier. Elles sont percées de nombreuses fenêtres devant permettre à l’origine d’éclairer les métiers à tisser.

  • Au 16, la grande porte d’entrée du centre social traboule, cette traboule a perdu son intérêt du fait de l’escalier qui rejoint le jardin de la grande côte. En ce moment l’immeuble est en rénovation et l’entrée du centre social se fait par la cour.

Dédicace

  • Elle est dédiée à un chirurgien de l’Hôtel Dieu que l’on voit depuis la rue.

  • Claude Pouteau (1725-1775) y était chirurgien ophtalmologue. Il s’est illustré dans la description de fractures et la cautérisation.

  • Une légende circulant dans la rue voudrait que ce soit une altération de rue des putes en raison du grand nombre de cabarets qui s’y trouvaient.

  • En 1862, la partie au dessous des Tables Claudiennes s'appelait rue Casati.

Histoire

  • La rue a été tracée en 1829 au moment de l’urbanisation du quartier due à la fabrication de la soie.

  • Les constructions étaient bonnes puisque la plupart sont toujours debout, les façades s’embellissant car de plus en plus fréquemment ravalées.

  • On a de la chance de pouvoir la parcourir et imaginer le bistanclaque des métiers à tisser quand on sait qu’un projet d’ouverture d’une grande voie de circulation automobile devait passer par la rue Pouteau pour réunir la rue de la République et le boulevard de la Croix Rousse.

Art et associations

  • Deux salles dédiées à la musique se font face à l’angle de la rue Burdeau dont le Bec de Jazz. Plus haut se trouve le Phoebus café concert.

  • Le siège de l’amicale des Algériens d’Europe.

  • Une vitrine laisse apparaître de belles sculptures côté pair en bas de la rue.

Commerces et services

On y trouve :

  • Deux restaurants, dont le jardin Gourmand nous attendent.

  • Une boucherie, une alimentation générale, les halles Pouteau pour la bouche.

  • Un Prothésiste.

  • Une cabine téléphonique.

Janvier 2004

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Rue Pouteau

Rue Pouteau

La rue Pouteau dégringole les pentes de la Croix Rousse, elle alterne des passages goudronnés et des passages d'escaliers.

30 autres entrées dans la même catégorie :