Rue du Sergent Blandan

Rue du Sergent Blandan





Situation


  • La rue du Sergent Blandan appartient au premier arrondissement. Elle mène du quartier Saint Vincent aux pentes de la Croix Rousse.

  • Elle commence rue Pareille et se prolonge sous le nom de rue des Capucins au niveau de la place des Capucins.

  • La circulation se fait en zone 30 vers l'extérieur à partir de la place Sathonay et à partir de la rue des Capucins pour la petite partie jusqu'à la rue Terme.

  • En face du 12, un passage mène rue Bouteille.

  • Juste avant la place Sathonay, le passage de la Déserte mène rue de la Martinière.

Architecture


  • C'est une rue étroite et tortueuse qui se finit par une courte montée qui permet d'atteindre le niveau de la rue des Capucins.

  • Coté nord, les impairs commencent avec le groupe scolaire Robert Doisneau, construit en 1912 avec sa cour de récréation et sa tour horloge qui couronne le bâtiment de pierres.

  • Ensuite commence la partie plus étroite calibrée avant l'automobile, elle est bordée de constructions anciennes remontant jusqu'au 17e siècle comme celle du 12, elles ont de trois à cinq étages. La partie pair est mieux préservée, en face, quelques constructions du vingtième siècle ont pris la place des maisons originales mais l'étroitesse de la rue et le sol pavé en font un cheminement de premier choix pour le piéton.

  • Les pas de porte sont élégants et à arcades de pierre ou à bâtis de bois pour la plupart, on peut voit plusieurs belles portes, particulièrement leurs impostes et une vierge sur la façade d'angle avec la rue Vitet ainsi que d'autres niches vides.

  • L'entrée 10 à l'inscription latine permet de trabouler avec la rue de la Martinière, celle du 28 avec la place Rambaud, celle en beau bois du 23 avec la rue Poivre mais elles sont fermées. L'imposte du 8 mérite un instant d'arrêt puisqu'on y voit un lion en train d'égorger un taureau, avec des encadrements de pierre et une belle maison de trois étages plus mansarde autour datant du 18e siècle.

  • L'impasse à coté du restaurant Chevalier mérite aussi une halte pour admirer le très bel escalier qui s'y cache.


Dédicace


  • Cette rue est dédiée à Jean Pierre Hippolyte Blandan, héros de la conquête de l'Algérie. Il est né à Lyon rue de la Cage (Constantine) le 13 février 1819(le 9 février d'après la bibliothèque municipale). L'abbé Vachet le fait naitre rue Saint Marcel, donc ici et mourir le 11.

  • C'est sa mort qui l'a rendu célèbre puisqu'il a résisté avec une poignée d'hommes dans le combat de Béni Mered le 11 avril 1842.

  • Si vous voulez lui rendre hommage, deux statues lui ont été consacrées dont l'une se trouve toujours place Sathonay. Cette statue est en pierre, nos ancêtres en ont connu une en bronze, mais comme celle de Burdeau qui n'a pas été remplacée, elle a fini transformée en boulets de canons.

  • L'autre a été érigée à Boufarick en Algérie, pour ne pas m'y être rendu, je ne peux pas vous dire si elle y est toujours. En fait, elle a été récupérée et installée à Nancy, rue Sergent Blandan aussi.


Histoire


  • C'est un des plus vieux cheminements lyonnais puisqu'il se trouve à l'endroit où la Saône est la plus étroite et où se trouvait probablement le pont romain.

  • Ce lointain passé est rappelé par la plaque mentionnant ancienne voie du Rhin.

  • Cette voie n'a jamais été abandonnée, au 16e siècle elle cheminait sous le nom de rue Saint Marcel et menait aux deux montées principales permettant de quitter Lyon vers le nord, la Grande Côte par la porte Saint Marcel et la montée des Carmélites.

  • Deux couvents étaient installés de part et d'autre, les Bénédictines de la Déserte depuis 1296 et les Grands Augustins depuis 1319.

  • En 1529 de nombreux émeutiers de la Grande Rebeyne venaient de la rue Saint Marcel. Il s'agissait d'émeutes de la faim de pauvres qui sont allés piller les greniers pleins de blé des couvents et des demeures des bourgeois du centre ville ce qui permet d'affirmer qu'il s'agissait d'un quartier défavorisé alors situé à la limite de la partie construite de la ville.

  • Ces monastères ont déménagé et laissé place aux constructions civiles que nous voyons encore aujourd'hui. Ainsi les Augustins ont vendu un lot en 1509 avec quinze maisons construites avant 1529.

  • Les pénitents noirs du Crucifix s'y sont installés en 1633, ils portaient un costume entièrement noir et avaient peint leur chapelle de la même couleur.

  • En 1804, c'est ici qu'on a installé le premier métier Jacquard.

  • Vers 1981, radio Canut profitant de la libéralisation de la radio s'est installé au n°24 à la suite des radios pirates. Elle a échappé à la normalisation et la commercialisation et est restée associative.

  • Le 8 février 2005, la ville de Lyon a fait poser une plaque à la mémoire des enfants juifs de l'école qui avaient été déportés puis tués pendant la seconde guerre mondiale.

  • Le 20 juin 2008 au soir, Martine Bord est passée dans la rue Blandan pour remonter chez ses parents rue de l'Annonciade. Le lendemain, Ali Larbes a prévenu que cette femme se trouvait morte, découpée dans son appartement déclenchant l'enquête de la police.

Art et associations


  • Radio Canut au 102.2MHZ, la plus rebelle des radios propose le programme le plus étonnant de toutes les radios locales. Elle est une des rares qui puisse encore se targuer du titre de radio libre. Tous les soirs, le Canut infos reprend les informations avec un ton bien différent de ce qu'on peut entendre ailleurs. Les mouvements musicaux les plus confidentiels y ont leurs émissions.

  • Dans la foulée des musiques alternatives, deux disquaires y ont installé leur boutique, l'un spécialisé dans le Reggae, l'autre dans le Gothic, celui là est aussi marchand de chaussures gothiques assez spectaculaires.

  • Au 19bis, la librairie Grandguignol se distingue par un choix dont le titre peut donner une petite idée.

  • Un peintre y a son atelier.

  • Une association Turque y a son siège.


Commerces et services


  • Un bar est spécialisé dans les jeux de société et le furibards associatif sert de la Grihète.

  • On y trouve sept restaurants dont le fameux Chevallier et un restaurant collectif.

Et aussi

  • Deux magasins de meubles et un d'artisanat.

  • Un ébéniste.

  • Deux magasins de vêtements et deux tailleurs.

  • Un magasin d'esthétique, un de presse et un garage auto.

  • Une salle de jeux informatiques.

  • L'école Robert Doisneau.

  • Un bac à verre et une boite aux lettres.



Janvier 2004

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Rue du Sergent Blandan

Rue du Sergent Blandan

La rue du Sergent Blandan appartient au premier arrondissement. Elle mène du quartier Saint Vincent aux pentes de la Croix Rousse.

30 autres entrées dans la même catégorie :