Rue de Cuire

Rue de Cuire

Situation

  • C’est une des rues principales du plateau de la Croix Rousse, elle traverse tout l’arrondissement du nord au sud et se prolonge bien au delà par la rue Pierre Brunier à Caluire et Cuire.

  • Si vous vous sentez encore envie de marcher, tournez ensuite à gauche soit après l’église Saint Romain avec son jardin qui domine le val de Saône et offre une belle vue sur les monts d'Or pour descendre la montée éponyme qui vous amènera presque en face de l’Ile Barbe avec un chemin alternatif par la montée de la Rochette.

  • Si vous préférez une promenade plus bucolique, montez sur le boulevard des Canuts, longez l’infirmerie protestante et continuez vers le nord sur l’emplacement de l’ancienne voie de chemin de fer de la Dombes. Cette voie traverse toute la commune de Caluire et Cuire sur plusieurs kilomètres, elle permet la pratique de la course à pied et du vélo et arrive à la plaine maraîchère.

  • Pour une promenade plus urbaine, la rue Brunier passe entre les immeubles et quelques maisons anciennes, puis fait une boucle qui arrive à la rue Coste pour un retour par la grande rue de la Croix Rousse ou une poursuite vers le centre de Caluire.

  • Caluire a organisé des parcours fléchés avec des panneaux historiques.

  • La rue de Cuire débute tout près du boulevard de la Croix Rousse, rue de la Terrasse en faisant une fourche avec le boulevard des canuts devant la place des Tapis et se termine en passant en partie creusée sous le même boulevard qui accueille le métro aérien juste avant son arrivée à la station Cuire à l'angle de la rue Henri Chevalier.

Architecture

  • Les numéros pairs faisant un angle droit forment une place dont l’agrément est gâché par le fait qu’elle serve de parking. Depuis 2014, les cocons et la fontaine de l'opération de la place des Tapis en font un beau lieu pour passer un bon moment.

  • Le visiteur étranger qui y arrive par la place des Tapis croira qu’à Lyon les rues sont carrées et les places en longueur.

  • La suite de la rue a une configuration plus classique.

  • Les impairs commencent par une terrible tour de quatorze étages, il y a ensuite plusieurs équipements collectifs dont un bloc EDF, puis le Monoprix avec son curieux jardin suspendu et ensuite la grande cour du lycée professionnel Camille Claudel.

  • Côté pair on commence par un ensemble moderne de logements avant de passer par un petit groupe de maisons très anciennes à un étage au n°26. En 2021, seule une maison reste entre la rue Dumont et le Clos Carret, elle forme un saillant entre deux immeubles, celui du sud en retrait d'un jardinet, celui du nord dans le prolongement de la grille aux chiens du clos Carret.

  • Il faut entrer au n°31, une cour profonde avec une petite usine à toits en dents de scie et surtout un étonnant encadrement de porte en pierre oblique saillant.

  • Au n°41, une traboule moderne permet un passage vers la rue Denfert Rochereau.

  • Ensuite, la plupart des constructions sont récentes avec quelques grosses résidences dont celle de la Croix Rousse qui possède un grand jardin et une seconde qui clos la rue ainsi que la ville de Lyon avec sept étages de la fin du 20e siècle.

  • Le coté pair finit bizarrement, comme on a creusé la rue d’une dizaine de mètres pour passer sous le boulevard des Canuts et le pont du métro C, une partie construite bénéficie d’une chaussée qui finit en impasse au niveau du sol. Un escalier permet de remonter à la surface.

  • L’entrée des ateliers et des cuisines de l’hôpital de la Croix Rousse se fait de la même façon. On peut observer la chapelle de cet hôpital avec son clocher d’église flanqué d’une grande verrière.

Dédicace

  • C’est le chemin qui menait au village de Cuire qui est depuis devenu deux quartiers de la commune de Caluire. Cuire le haut et Cuire le bas au bord de Saône avec son château qui regarde l’Ile Barbe.

  • Au moyen âge, il y avait une rente noble à Cuire, le domaine a été vendu à la ville en 1736. Les archives municipales conservent un registre de 1407 détaillant le terrier de Cuyres.

  • Elle s'est appelée tour à tour chemin, grande rue, puis rue de Cuire, la petite rue devenant rue Victor Fort.

Histoire

  • La route de Cuire est fréquentée depuis toujours. C’était la seconde route vers le nord après la Grande rue de la Croix Rousse.

  • Le quartier de la Croix Rousse faisait partie de la commune de Cuire. Elle a fait sécession au moment de la révolution française, puisque le faubourg était devenu beaucoup plus important que Cuire, restée agricole. Cette commune n’a existé que cinquante ans puisqu’en 1852, la Croix Rousse unissait son destin à Lyon.

  • Vers le quinzième siècle, elle a été bordée de quelques auberges accueillant le voyageur ou le commerçant venu vendre à Lyon. Cet aspect commercial a été favorisé par le fait que cette zone située au-delà des remparts de Lyon faisait partie du Franc Lyonnais qui bénéficiait d’un régime fiscal plus favorable et que les marchandises n’avaient pas encore subit l’octroi réclamé aux portes de Lyon.

  • L’urbanisation s’est faite ensuite lentement, la densification n’a pas été aussi importante qu'à l’est du quartier et les constructions de la deuxième moitié du vingtième siècle ont petit a petit fait disparaître la plus grande partie de l’aspect antérieur de la rue.

  • Le nom de Cuire a inspiré à René Belletto le fameux adage que tout Lyonnais qui se respecte ne manque jamais de dire, ah !…, voir Caluire … et Cuire ! qui n’est jamais aussi savoureux qu’au retour de Venise.

  • La place qui débute la rue au sud à l'angle de la place des Tapis a été transformée en 2014, elle est désormais entourée de bars et de restaurants avec une fontaine et la statue du chant des Canuts, elle est décorée chaque année par le mur 69.

  • En 2021, le renouvellement continue, le 32 date de 2006, depuis 2011, des maisons anciennes sont tombées entre la rue Dumont et le Clos Carret, avec le 2 construit en 2019, plus loin le 73 a été construit en 2020 au nord de l'impasse Brunet, c'est une traboule fermée avec le boulevard des Canuts, l'hôpital a continué de se développer, en occupant l'angle de la rue Hénon. Près de l'impasse Marie Henriette, la porte du 56 conserve la mémoire d'une ancienne numérotation 22,24.

Art et associations

  • Au n°18 le café In donne des concerts un jeudi sur deux.

  • Au n°69 se trouve la résidence Magnin Fournet tenue par le Secours populaire.

  • La galerie photos le Bleu du Ciel a déménagé depuis au 12 rue des Fantasques.

  • Charles Textor, né à Lyon en 1835 a vécu au 33 jusqu'à sa mort en 1905, peintre et sculpteur, on lui doit le monument à Ampère, le lion des enfants du Rhône et le monument des fondateurs de la Martinière où il a été professeur place Rambaud.

  • Gone Underground a photographié les stations de métro en suivant leur nom, ici la station Cuire, quelques mètres au nord de notre rue.

Commerces et services

  • Au n°12, il fallait entrer dans la cour pour trouver la bibliothèque du quatrième arrondissement. Des travaux ont depuis ouvert un débouché sur la rue.

Les commerces sont regroupés au sud.

  • La place dédiée à l’hostellerie restauration possède plusieurs restaurants dont La Fenotte qui offre une bonne cuisine traditionnelle et est décorée d’une plaque émaillée à la gloire des bières Pousset dont j’ignore tout.

  • Il y a aussi la Bressanne qui s’enorgueillit d’être un bouchon Croix Roussien et non Lyonnais.

On trouve aussi :

  • La Pizza Napoli pour un total de cinq restaurants.

  • Cinq bars également.

  • Un hôtel.

  • Un magasin de meubles et un dépôt vente, un fleuriste et une agence immobilière.

  • Deux magasins de vêtements et deux coiffeurs ainsi qu’un atelier de couture.

  • Quatre médecins, quatre infirmiers et six kinésithérapeutes.

  • Une agence ANPE et le BEPUR.

  • Un astrologue et une animalerie.

  • La halte garderie des Canuts et pour plus tard, le lycée professionnel Camille Claudel.

  • La salle de sport Power Fitness.

Mars 2004, mars 2011 et août 2021

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Rue de Cuire

Rue de Cuire

La rue de Cuire débute tout près du boulevard de la Croix Rousse, rue de la Terrasse en faisant une fourche avec le boulevard des canuts devant la place des Tapis et se termine en passant en partie creusée sous le même boulevard qui accueille le métro aérien juste avant son arrivée à la station Cuire à l'angle de la rue Henri Chevalier.

30 autres entrées dans la même catégorie :