Avenue Paul Santy

Avenue Paul Santy

Situation

  • L’avenue Paul Santy commence en prolongement de l’avenue Berthelot avec laquelle elle fait un coude sur le coté sud, face à la place du 11 novembre, à l’avenue Jean XXIII à l’avenue Mermoz puis à la place du Bachut. Le n°1 se trouve à l’embranchement de la rue Général Frère, face au 14.

  • Elle se termine en patte d’oie, rue Marcel Dargent, à la limite de Lyon, les voitures peuvent s’engager sur le périphérique par des bretelles ou continuer vers Vénissieux et Saint Priest.

  • L’avenue a une large chaussée et des bandes cyclables dans chaque sens, séparées par un terre plein central avec des lampadaires.

Architecture

  • C’est une longue et large avenue rectiligne, en partie bordée d’arbres sur les trottoirs. Elle passe entre des alignements d’immeubles, trois à sept étages avec quelques maisons plus basses. L’alignement est bien continu au nord, il est ouvert au sud par davantage de départs de rues, et des installations sportives, l’usine et les squares.

  • Au 20, le gymnase Bonnet, achevé en 2008 est circulaire avec une immense casquette.

  • L’angle de la rue Varichon a été aménagé en assez grand square avec des bancs, de petits arbres, un petit terrain de sport avec des cages.

  • Il reste une maison de bord de route au 56, un étage sur commerce.

  • Le croisement avec la rue Maryse Bastié, la rue Verger et la rue Beauvisage laisse un large carrefour avec un banc.

  • Les bâtiments bas à un étage de l’usine JST occupent un vaste espace ceint de murs au 84, on en voit des bâtiments annexes et un grand fronton. Celui de l’est est peint d’une fresque aux droits de l’enfant. Une longue allée le suit, desservant les parkings et les tours de la résidence Langlet, quinze étages, placés en profondeur derrière une seconde barre sur l’avenue, six corps de bâtiments de dix étages collés. Une autre grande barre à corps décalés lui fait face coté nord avec une rangée de commerces placés devant, cette barre est percée d’un porche qui permet l’accès au passage Comtois.

  • L’avenue change avant la rue Stéphane Coignet avec un terrain de foot, le stade Bavozet coté nord et un square coté sud.

  • Le coté sud est ensuite bordé d’un petit alignement de maisons à un étage avec une plus haute de trois étages qui fait l’angle avec la place André. Les immeubles continuent coté nord.

  • Après la rue Florent, la maison de retraite présente une large façade au 119, son bâtiment central a de beaux encadrements de pierre. Coté sud, on longe des flancs d’immeubles de résidences construites en profondeur comme celle du 138 au 158.

  • Après la rue Guérin, seules quelques maisons viennent sur l’alignement, coté nord, il y a plusieurs immeubles séparés par leurs parkings puis des villas dans leurs jardins. Coté sud, le stade Vuillermet se cache derrière des bâtiments bas.

  • Face à la rue Cambon, le collège Grignard est annoncé par une enseigne métallique prolongée par un long treillis qui mène aux bâtiments construits en profondeur. A coté, central autos est un grand hangar couvert de métal.

  • De longues barres de résidences terminent le coté sud face aux maisons individuelles du coté nord.

Dédicace

  • Paul Santy est né à Die le 18 avril 1887 il est mort à Lyon le 20 janvier 1970.

  • Il a fait ses études de médecine à Lyon puis est devenu l’un des plus grands chirurgiens et professeurs de son époque, le premier à pratiquer la chirurgie cardiaque à Lyon, travaillant dans plusieurs hôpitaux de Lyon. Ses opérations sur les enfants bleus l’ont rendu célèbre.

  • En 1941, il a opéré Henri Matisse d'un cancer du duodenum à la clinique du Parc, la guérison a été qualifiée de miraculeuse.

  • Il a été président de l’académie de Lyon, du congrès français de chirurgie, membre de l’académie des sciences et de médecine.

  • Elle était route de Heyrieux, nationale 518 de Lyon à Die.

Histoire

  • La route de Heyrieux est ancienne, elle allait de Grange Rouge à la Femme Morte et était déjà bien construite au milieu du 19e siècle.

  • Les numéros ont été changés, de nombreux ont été conservés à coté des nouveaux. En 1862, c’est au 60 de l’ancienne route de Heyrieux(ici ou rue Berliet) que Pierre Eugène Vintras fonda sa religion et installa le siège mondial de l’œuvre de la miséricorde. Auparavant, il s’était attiré des ennuis en affirmant que Louis XVII devait monter sur le trône de France. Après Vintras, c’est l’abbé Boullan qui prit le titre de pape de la miséricorde. Il a fait parler de lui par ses messes noires dans le quartier de la Martinière.

  • Cottin et Desgouttes ont fabriqué des voitures au 143 de 1905 à 1933.

  • A l'angle de la rue Sarrazin, l'usine Maljournal et Bourron a fabriqué du matériel électrique pour la radio et la télévision de 1919 à 1990. Deux de ses ingénieurs, Paul Louis Merlin et Gaston Gerin en sont partis pour fonder l'entreprise qui prospère toujours à Grenoble.

  • Son allure actuelle est arrivée plus récemment avec une première vague de constructions dans les années 1930, le 10 est daté de 1932. D’autres sont plus récentes, certaines en construction comme les numéros 17 à 25. La majorité date de la fin du 20e siècle.

Art et associations

  • Le mur de l’usine a été peint d’une fresque à la mémoire de Stanislas Tomkievicz avec son portrait et un petit texte qui explique que son enfance dans le ghetto de Varsovie puis dans le camp de Bergen Belsen l’a incité à mettre sa carrière de médecin au service des enfants. Plusieurs petits textes le long du mur notent des droits des enfants.

  • L’équipe de rugby LOU joue au stade Vuillermet. Le FCL avec qui il a fusionné a été champion de France en 1910 avec Georges Vuillermet comme joueur qui avait été aussi champion de France au disque et à la perche. C’est aussi le stade du Football Club de Lyon, fondé en 1893 et qui a eu son heure de gloire au début du 20e siècle avec une finale de coupe de France en 1918. C’est l’équipe féminine de football qui a eu les meilleurs résultats avec quatre titres de championnes de France avant d’entrer dans l’Olympique Lyonnais.

  • Le stade Bavozet est un terrain de foot, Pierre Bavozet était le capitaine de l'équipe de rugby victorieuse en 1910.

  • Le gymnase Mado Bonnet accueille le FCL Basket qui a été aussi champion de France féminin en 1949.

  • Au 204, la salle bonne nouvelle réunit l’association puissance de vie et le groupe vocal vie nouvelle.

Commerces et services

  • Le collège Victor Grignard.

  • Deux maisons de retraite. L'une avait d'abord été un couvent de franciscaines au 279 route de Heyrieux.

  • Un bureau de poste.

  • Deux squares, à l’angle de la rue Coignet et de la rue Varichon.

  • JST fabrique des transformateurs au 84, il y a aussi neuf autres sociétés.

  • Trois garages auto, une station de taxis, deux de vélo V, deux auto école, une agence de voyages, un bureau de poste.

  • Deux restaurants, quatre snacks, deux bars.

  • Quatre alimentations, cinq boulangeries, deux boucheries.

  • Deux fleuristes, un magasin de décoration, un de téléphones, une agence immobilière.

  • Un vendeur de chaussures, sept coiffeurs, un institut de beauté, une bijouterie, quatre pressings.

  • Une banque, un marchand de journaux.

  • Quatre professions médicales, le centre orthopédique Santy, trois pharmacies avec horloges et thermomètres.

Novembre 2008

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Avenue Paul Santy

Avenue Paul Santy

L'avenue Paul Santy commence en prolongement de l'avenue Berthelot avec laquelle elle fait un coude sur le coté sud, face à la place du 11 novembre, à l'avenue Jean XXIII à l'avenue Mermoz puis à la place du Bachut. Le n°1 se trouve à l'embranchement de la rue Général Frère, face au 14.

30 autres entrées dans la même catégorie :