Nouvelles entrées

  • Les Subsistances
    Les Subsistances

    Les Subsistances se trouvent sur le quai Saint Vincent en bord de Saône.

  • Cheval de Bronze
    Cheval de Bronze

    Il occupe le centre le la place Bellecour et dans une certaine mesure le...

  • Palais Saint Jean
    Palais Saint Jean

    Le palais Saint Jean se trouve à l'angle du quai Romain Rolland et de...

  • Musées Gadagne
    Musées Gadagne

    Le musée Gadagne se trouve dans le Vieux Lyon, à la jonction de la rue...

  • Musée d'art contemporain
    Musée d'art contemporain

    Le musée d'art contemporain se trouve dans la cité internationale, la...

Déjà vus

Rue de l'Antiquaille

Rue de l'Antiquaille





Situation


  • La rue de l'Antiquaille descend depuis la place de l'Antiquaille, au sommet de la montée Saint Barthélemy, jusqu'à la place des Minimes, à la jonction de la rue des Farges et du Chemin Neuf.

  • Les touristes y passent pour aller des théâtres romains à la basilique de Fourvière.

  • Elle commence par une courte section vers l'ouest, puis tourne en deux fois vers le sud.



Architecture


  • Coté est, on contourne le mur de l'Antiquaille, il en dépasse plusieurs bâtiments dont un assez beau à deux étages avec une croix, puis le clocher de la chapelle. Il est ouvert par un vaste portail avec des pavillons derrière.

  • Coté ouest, on longe aussi un beau mur de pierres, il laisse d'abord dépasser les buissons d'un jardin, puis les voitures d'un petit parking dissimulent une jolie entrée.

  • Le mur continue ensuite jusqu'aux grilles des théâtres, il soutient le sol et les arbres du jardin Romain, trois mètres au-dessus, auquel une allée donne accès.

  • Les grilles des théâtres ménagent la place à un parking, une entrée est prolongée par une voie romaine, plus bas, on a une belle vue sur l'odéon.

  • Après les théâtres, la rue se termine sur le flanc d'une ancienne maison dont le mur sert à l'immense affiche des nuits de Fourvière.



Dédicace


  • Je crois qu'il faut être lyonnais pour connaître un mot aussi étrange que Antiquaille. Nous le devons à Pierre Sala qui avait réuni nombre d'antiquités romaines dans sa demeure qui se trouvait à la place de l'hôpital. Ses trouvailles furent si nombreuses que sa maison est devenue la maison de l'Antiquaille, le nom est resté.



Histoire


  • L'histoire de ce site remonte à la fondation de la ville romaine. Le decumanus était tracé tout près et les historiens pensent qu'une grande villa romaine se trouvait sur ce promontoire, peut être même celle qui recevait le séjour des empereurs romains comme Auguste, Caligula, Albin ou qui vit naître les futurs empereurs lyonnais Claude et Caracalla.

  • Le théâtre romain construit en l'an 15 avant JC est le plus ancien de Gaule, il a été agrandi sous l'empereur Hadrien pour lui donner dix mille places.

  • L'Odéon, construit plus de cent ans après était le siège des spectacles musicaux. Les théâtres ont ensuite servi de carrière de pierres puis ont en partie été recouverts avant d'être fouillés à partir de 1933.

  • Les romains n'étaient pas partis que les premiers chrétiens s'étaient déjà installés. La légende veut que saint Pothin, premier évêque de Lyon ait fini ses jours ici. Il serait enterré dans le caveau qui porte son nom sous les bâtiments de l'hôpital. Une autre version voudrait que ce saint Martyr ait été brûlé et ses cendres dispersées dans le Rhône. De nombreux lyonnais ont depuis subi le martyr suite à des opérations de dents douloureuses dans cet hôpital. C'est la mère supérieure de ce couvent qui avait eu la révélation de la tombe de Saint Pothin.

  • Les historiens s'accordent sur le fait qu'il venait de l'actuelle Izmir Turque, que c'est lui qui a implanté l'église catholique en France. On dit qu'il avait atteint un âge vénérable dépassant les nonante ans. Nous tenons notre Mathusalem Lyonnais.

  • L'Antiquaille a ensuite été l'objet de tous les fantasmes d'historiens, y plaçant, outre le tombeau de Saint Pothin le poteau de Blandine, y faisant naître le premier de la lignée de Louis XIV.

  • Magnence, en guerre avec Constantius pour le titre d'empereur romain était venu se réfugier à Lyon. Les Lyonnais se souvenant de leur ruine par Sévère ont refusé de le soutenir. Magnence s'est suicidé dans son palais le 3 août 353.

  • Au 16e siècle, Pierre Sala a fait construire un palais dans lequel il a réuni de nombreuses antiquités romaines. François 1er et Etienne Dolet y seraient venus. Le 16 avril 1559, pour la fête célébrant la paix signée entre Henri II et le roi d'Espagne Philippe, la ville fut illuminée et une procession parcourut la ville de la place Saint Jean à Saint Bonaventure. Les feux allumés devant l'Antiquaille étaient parmi les plus spectaculaires.

  • Claude de Rubys en a été propriétaire, en 1600, il y a écrit une histoire de Lyon.

  • En 1629, les religieuses de la Visitation ont racheté le domaine qu'elles ont ensuite transformé en hôpital dont elles se sont occupé jusqu'en 1792.

  • En 1803, il a été repris par la Charité, puis à partir du 25 avril 1804, il a été spécialisé dans l'accueil des fous. Les hospices civils ont pris le relais en 1845, l'Antiquaille recueillait les mendiants, les syphilitiques et les aliénés avant l'ouverture du Vinatier en 1876. Lors de l'une des révoltes des Canuts, Bret, qui était interné à l'Antiquaille pour monomanie, se croyant roi de France a été si fortement choqué par la répression qu'il en est mort après avoir répété, on tire sur mon peuple. Le médecin Alexandre Bottex qui cite cet exemple en tire argument pour demander un hôpital plus vaste et plus loin de la ville.

  • L'ORL a été introduite à Lyon à l'Antiquaille par Maurice Lannois.

  • L'hôpital a été agrandi en 1939 sous l'administration de Vivier Merle.

  • Pendant la guerre, Jean Jacques Rocher fournissait du matériel pour la résistance jusqu'à son arrestation en 1944.

  • L'hôpital de l'Antiquaille a fermé vers 2003 et la ville réfléchit à une nouvelle destination à ce lieu majeur de la ville de Lyon. Souhaitons que le caveau de saint Pothin soit ouvert à la visite.

  • Une plaque, placée dans le cloître rappelle cet historique.

  • Une plaque rappelle la mémoire de Elisabeth Rivet, morte en 1945, déportée et du couvent de Notre Dame de Compassion qui se trouvait sur les lieux et dont elle était supérieure.

  • Les travaux de rénovation ont commencé dans l'Antiquaille sous l'égide de la SACVL.

  • En 2008, il y a un projet visant à inclure le caveau dans un musée de la chrétienté. Le musée a ouvert vers 2015, on y descend au caveau et à la belle crypte des mosaïques, décorée en 1877 pour commémorer le martyr.



Art et associations


  • Durant les mois de juin et juillet, les artistes se succèdent pour offrir des spectacles dans les antiques théâtres romains sous le nom de nuits de Fourvière.



Commerces et services


  • Une station vélo V.



Février 2008

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Rue de l'Antiquaille

Rue de l'Antiquaille

La rue de l'Antiquaille descend depuis la place de l'Antiquaille, au sommet de la montée Saint Barthélemy, jusqu'à la place des Minimes, à la jonction de la rue des Farges et du Chemin Neuf.

30 autres entrées dans la même catégorie :