Rue de la Thibaudière

 

Rue de la Thibaudière




Situation


  • La rue de la Thibaudière commence rue Sébastien Gryphe, face au 54, elle se termine place Saint Louis.

  • La première partie circule vers l'ouest, la seconde dans les deux sens avec les bus 12.

  • Elle est intéressante à parcourir par quelques détails et pour deux ambiances différentes au sein de la Guillotière.


Architecture


  • La première partie est étroite, entre deux alignements de façades anciennes, simples et jolies, pas encore toutes entretenues, mais des rénovations sont en cours. L'angle sud est ouvert par une niche vide, la première maison au nord a une belle porte et des encadrements de pierres arrondis, dont ceux des fenêtres avec une forme originale.

  • Le coté nord entre la rue Chalopin et la rue d'Anvers est fait de petits bâtiments anciens, le dernier laisse la place à un arbre. Après la rue d'Anvers, un atelier est peint de fleurs. Au nord, le 17 est un immeuble moderne à l'entrée sous grille noire, il est suivi d'une petite maison et d'un flanc sur l'avenue Jaurès.

  • Après l'avenue, la seconde partie est très large, au nord elle est composée d'un alignement de façades de trois à cinq étages, anciennes pour la plupart. On peut remarquer le balcon du 27, les mains heurtoir des portes du 39 et du 57, la fenêtre à chapiteau du 51.

  • Au sud, l'alignement commence par deux immeubles des années 1950, le premier est arrondi par sept étages de balcons. Après la rue Creuzet, l'alignement de quatre façades est plus élégant, surtout la dernière avec ses six balcons à belles ferronneries. Deux gros immeubles sont collés entre eux après la rue Rochette, le second à sept bandes de petites fenêtres avant un entrepôt commercial en devant l'immeuble de dix étages du 50.


Dédicace


  • La Thibaudière était le nom d'un domaine. Les archives municipales conservent des documents remontant à 1513 concernant la rente de la Thibaudière.

  • Claude Espérance marquis de Regnault, seigneur de Bellescize et de la Thibaudière, chevalier de Saint Louis a été prévôt des marchands de 1772 à 1776.

  • Au moment de son ouverture, le quartier s'appelait encore la Thibaudière.


Histoire


  • Le domaine de la Thibaudière a été acheté par le consulat en deux fois, en 1705, puis en 1736.

  • L'ouverture de la rue s'est faite avant le milieu du 19e siècle, l'urbanisation dans la seconde moitié, la partie Est en avenue ce qui explique sa largeur.


Art et associations


  • Le collectif la Bande.

  • La galerie Roger Tator décore ses abords.

  • Un magasin de guitares.

  • Le club musical européen.


Commerces et services


  • La seconde partie était très commerçante, plusieurs locaux sont à vendre, d'autres abritent des sociétés.

  • Les dragées Blanc fabriquent aussi du chocolat.

  • On y trouve deux alimentations, deux boulangeries, un coiffeur, trois bars, un restaurant, une boucherie, un marchand de vin.

  • Un pressing, un fleuriste, un institut de beauté, deux garages auto, trois professions médicales, un dentiste.

  • Un magasin de sonorisation, deux d'informatique, un de journaux.

  • Deux agences immobilières, une banque.

  • Une station vélo V, une agence de voyage.

  • Un graphiste, un magasin de signalétique avec des personnages en devanture.



Février 2009

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Rue de la Thibaudière

Rue de la Thibaudière

La rue de la Thibaudière commence rue Sébastien Gryphe, face au 54, elle se termine place Saint Louis.

30 autres entrées dans la même catégorie :