Rue Marius Berliet

Rue Marius Berliet

Situation

  • La rue Marius Berliet débute rue des Frères Lumière, face au flanc sud de la manufacture des tabacs, pour une première portion orientée au sud, elle fait deux coudes puis s'oriente à l'est. Elle se termine place du 11 novembre, au flanc de la médiathèque du Bachut.

  • La première partie avait une voie de circulation dans chaque sens. En 2017, cette partie avait été réduite à une voie avec l'arrivée du tram au profit d'une piste cyclable qui continue vers le sud derrière l'hôtel de police jusqu'à la rue de l'Epargne.

  • Après la rue de l'Epargne, elle est sur une des voies de pénétration dans Lyon avec deux voies en direction de l'ouest et une voie de bus à contre sens.

Architecture

  • La première partie borde la voie de chemin de fer et forme une très large avenue avec le boulevard des Tchécoslovaques qui passe de l'autre coté. Le coté est longe deux hauts immeubles, le premier avec huit étages d'arrondis de balcons dans le style des années 1950. Un terrain de sport, puis la longue barre de trois étages du lycée Colbert loin derrière sa grille.

  • La seconde partie part en diagonale, on peut voir l'ancien tracé de la route d'Heyrieux devenue rue Veyron de l'autre coté des voies. Coté ouest, on longe l'hôtel de police dont l'enceinte et les bâtiments sont unis par leurs piliers bruns et ocre. Coté est, un mur d'enceinte entoure la petite usine Laissus, elle est collée à un petit immeuble du style des années 2000 avec un pilier couvert de métal à l'angle de la rue Santos Dumont. Suit une énorme barre de dix étages aux balcons intérieurs puis trois autres plus petites, chacune perpendiculaire à la précédente.

  • Elle fait un coude vers l'est en absorbant la rue de l'Epargne, un grand arrondi fait de bandes de briques la sépare de la rue Saint Romain, il est relié au suivant par un petit immeuble banc en retrait qui épouse la courbe puis à la résidence étudiante avec de petits surplombs. Ils font face à des entrepôts de béton dont l'un transformé en bowling.

  • Il y a encore d'énormes barres de huit étages à balcons en creux après la rue Saint Gervais, chacune est un peu plus en retrait de son jardin. Après la rue Saint Agnan, trois hauts immeubles viennent sur l'alignement coté sud.

  • L'unité se rompt après la rue Villon, il y a un peu de tout, anciens entrepôts, immeuble du 21e siècle à pans bruns et beige, maison en moellons, chapy de bois, grandes barres en quinconce. Le coté sud conserve cinq maisons de bord de route, basse pour la première avant la rue de la Rosière, un étage après. Le 104 s'en distingue, c'est un beau petit immeuble de trois étages à façade en relief. Les deux parties en avancée sont tenues par des têtes de bélier.

  • Deux arrondis à un étage viennent après la rue Saint Maurice, celui du nord est suivi par des entrepôts, celui du sud par l'école de Combe Blanche avec son toit de tuiles carré et son clocheton aigu.

  • Une butte a été aménagée en jardin et en square pour enfants après la rue Antoine Lumière.

  • Le coté nord se termine par une station essence, le gros bâtiment à toit rond de l'ORT et des entrepôts commerciaux, le coté sud par une barre sur laquelle des plaques de bétons alternent avec des bandes vitrées qui laissent voir des escaliers en béton et des patios.

Dédicace

  • Cette rue à l’intense circulation automobile se trouve justement dédiée à Marius Berliet qui fut l’un des plus grands constructeurs de poids lourds. Le plus grand au niveau lyonnais mais également au niveau mondial. L'une de ses usines donnait sur la rue, à l'angle de la rue de l'Epargne et de la rue Audibert et Lavirotte. On peut voir un ancien portail marqué Berliet dans cette dernière rue, dans la cour de l'établissement automobile qui fait l'angle avec la rue Berliet.

  • Les actuelles usines RVI qui continuent cette industrie se trouvent plus loin sur Vénissieux dans le prolongement de la rue. On peut se faire une idée de l'industrie automobile à Lyon qui a compté jusqu'à 120 constructeurs au début de 20e siècle en allant au musée de l'automobile de Rochetaillée.

  • Marius Berliet est né le 21 janvier 1866 à Lyon, dans le quartier de la Croix Rousse, il est mort à Cannes, le 17 avril 1949.

  • Marius Berliet a fabriqué sa première voiture en 1895 dans sa maison qui ouvrait petite rue d’Enfer, rue Barodet. Il a fait un essai dans la Grande Cote, mais la voiture a fini dans la vitrine d’un charcutier.

  • La villa de Marius Berliet avenue Esquirol est désormais consacrée à la mémoire du transport automobile, aux productions Berliet, RVI et aux 140 autres constructeurs automobiles de la région, le tout sous l’égide de la fondation Berliet.

  • Marius Berliet ainsi que ses fils ont été jugés à Lyon pour avoir commercé avec l’Allemagne pendant la guerre. Patrick Veyret vient de publier un livre, collaboration industrielle et épuration économique à Lyon dans lequel il étudie les relations de 300 entreprises avec l'occupant. A cette occasion, le Progrès du 22 mars 2009 a publié un entretien avec Paul Berliet, le fils de Marius, toujours vivant et qui a été directeur de Berliet après la guerre et une expérience de gestion ouvrière, à la tête de 24 000 employés à son sommet.

Histoire

  • Cette rue était l'ancienne route de Heyrieux, sauf la partie qui longe le chemin de fer. Elle existait déjà sous l'ancien régime.

  • C'est la seconde partie du 20e siècle qui lui a donné son allure, la transformation se poursuit avec des parcelles en construction et des projets. En 2017, il y a toujours plusieurs chantiers en cours dont un gros coté sud autour de la rue Saint Gervais.

  • L’intégrale, fabricant de boule lyonnaise, sport mieux connu sous le nom de longue, s’est installé en 1923. Cette société est le principal fabriquant de ces boules que l’on peut entendre tinter chaque lundi de Pentecôte sur la place Bellecour pour le plus important tournoi du monde.

Art et associations

  • L'association jumeaux et + y a son bureau 69.

  • Dans l'enquête du Poulpe, éthique en toc, qui se passe à Lyon, Didier Daeninckx raconte qu'en 1968, quelqu'un avait interverti les lettres des usines Berliet pour donner liberté !

Commerces et services

  • Il y a deux jardins publics, un à l'angle de la rue Antoine Lumière, l'autre à l'angle de la rue Saint Gervais, plus petit avec cinq bancs. Un terrain permet de pratiquer le basket et le hand, une salle le bowling et le billard.

  • L'école de la Combe Blanche s'est installée en 1909. ORT est un lycée technologique et un centre de formation professionnel.

  • L'hôtel de police a accueilli le laboratoire de police scientifique en 1982.

  • Les engrenages Laissus sont signalés par des rouages sur leur portail.

  • Trois garages automobiles.

  • Un supermarché, une alimentation, un brocanteur, un magasin de décoration, une jardinerie.

  • Trois huissiers, une pharmacie, deux sociétés une station vélo V.

Mars 2009

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Rue Marius Berliet

Rue Marius Berliet

La rue Marius Berliet débute rue des Frères Lumière, face au flanc sud de la manufacture des tabacs, pour une première portion orientée au sud, elle fait deux coudes puis s'oriente à l'est. Elle se termine place du 11 novembre, au flanc de la médiathèque du Bachut.

30 autres entrées dans la même catégorie :