rue Pierre Corneille

Rue Pierre Corneille

Situation

  • C’est une grande rue de la rive gauche du Rhône. Elle commence place Lyautey en prolongement de la rue Malesherbes. Elle traverse une partie du sixième arrondissement vers le sud, puis presque tout le troisième et se termine place Bahadourian.

  • La circulation se fait du nord au sud.

  • Des voitures sont garées des deux cotés, plus un grand nombre de voitures en double file. La double file est constituée des voitures de ceux qui viennent visiter les boutiques de grossistes. La première file est celle des employés et des grossistes. Comme ils ne veulent pas payer le stationnement, il y a une grande agitation quand arrive la police municipale, on voit partout courir les vendeuses qui viennent mettre la petite vignette qui permettra de passer sans encombre la période du contrôle.

Architecture

  • Cette rue est parfaitement rectiligne. De part et d’autre, c’est un alignement presque parfait de façades hautes de quatre à cinq étages. Leur construction s’est étalée tout au long du 19e siècle. Il s’ensuit un style assez homogène avec des façades sobres et d’autres plus richement décorées autour de la préfecture. Plusieurs ensembles sont construits autour d’un jardin invisible depuis la rue.

  • De nombreuses portes sont belles notamment celle du 2 et celle du 3 ornées de lions puis celles des 41, 50, 99, toutes en beau bois. Plus loin, celle du 119 est protégée par deux monstres. Si on lève le nez, on voit le visage sculpté d’une femme, sûrement la première propriétaire des lieux.

  • Il y a aussi deux devantures de restaurant en bois brun, celle du bec fin et celle de la petite maison à l’enseigne de la mère l’oie.

  • La solide façade de l’école Corneille se détache, faite de pierres jointées et datée de 1896.

  • Le garage Gacon, un immense atelier bleu, respecte l’alignement mais pas le style.

  • Au sud du cours Lafayette, il y a quelques reconstructions récentes qui respectent les volumes de la rue.

  • C’est après la préfecture que cette belle unité se brise. Le bâtiment principal est caché par un long et vilain rectangle de bureaux des années 1950 que les grilles peinent à cacher.

  • L’église de l’immaculée conception à été entamée en 1860, elle n’a jamais été achevée, elle ressemble plus à un château fort qu’à une église. A l’intérieur, elle est surtout impressionnante par ses pylônes massifs et par le plafond de son dôme.

  • Après la rue de la Part Dieu, la rue est deux fois plus large, encadrée d’immeubles d’après 1950, la part belle est faite aux voitures qui ne peuvent guère prendre leur élan avant de buter sur la zone piétonne de la place Bahadourian qui au contraire apporte une vaste ouverture au piéton.

  • Cette dernière partie est utilisée par des équipements collectifs, la poste, l’imposant groupe scolaire Paul Painlevé et l’arrondi de la DDE.

Dédicace

  • Cette rue s’est d’abord appelée rue Madame, par opposition à la rue Molière, rue Monsieur.

  • A l’arrivée de la 3e république ces noms étaient trop royalistes pour l’époque, aussi, la ville lui a donné le nom du grand tragédien.

  • Pierre Corneille est né à Rouen le 6 juin 1606, il est mort à Paris le 1er octobre 1684.

  • Il a écrit de nombreuses pièces de théâtre, souvent sur des thèmes antiques, son œuvre la plus connue est le Cid. On lui doit aussi des comédies comme le menteur et le gentilhomme de Lyon.

Son héros se trouve à la prison, sûrement celle de Roanne à l’emplacement du palais de justice.


Et je suis étonné qu'en entrant dans Lyon;

Je vois courir du peuple avec émotion

Je veux voir ce que c'est, et je vois, ce me semble,

Pousser dans la prison quelqu'un qui vous ressemble;

On m'y permet l'entrée, et, vous trouvant ici,

Je trouve en même temps mon voyage accourci.

Voilà mon aventure, apprenez-moi la vôtre.

  • Corneille de Lyon est né à la Haye entre 1500 et 1510, il est mort à Lyon le 8 novembre 1575. Il a été un portraitiste réputé. En 2015, le musée des beaux arts a lancé une souscription pour acquérir son Homme au béret noir. Ses fils, petit fils et arrière petit fils ont été des peintres réputés sous le nom de Corneille de la Haye jusqu'en 1691. Les fils du pénultième, Claude et Jean Baptiste ont été connus aussi comme peintres.

  • Henri Corneille Agrippa de Nettesheim est né à Cologne en 1486, il est mort à Grenoble en 1535, il est venu à Lyon en 1524, y exercer la médecine auprès de la reine mère Louise de Savoie. Il est connu pour son livre la philosophie occulte. Il logeait au couvent des Carmes, place Tobie Robatel.

Histoire

  • La rue Corneille a été ouverte au début du 19e siècle dans le cadre des plans de Morand.

  • En 1863, on a cherché à la prolonger vers le sud sans succès. Cette velléité a été reprise cent ans après au moment de l’installation des administrations, mais les seuls dégâts qui ont été apportés sont une largeur incongrue sur les derniers mètres.

  • Au n°134, Marie Collet tenait un bistrot ouvert aux anarchistes. C’est là qu’est arrivé Caserio avant d'aller tuer Sadi Carnot.

  • La principale caserne de pompiers de Lyon se trouve dans la rue depuis 1906. Cette caserne se cache désormais sous le sigle ésotérique de CDIS centre départemental d’incendie et de secours. Depuis 1888 et la mise en place d'un réseau téléphonique, crier au feu les pompiers, ne sert plus à rien, ils se déplacent quand leur portable sonne. Parmi leurs interventions les plus spectaculaires, le décrochage d’un nid de guêpes place des Terreaux. Les pompiers n'ont pas à effectuer que des interventions anecdotiques, dix neuf d'entre eux sont morts lors de l'effondrement de la colline sur la rue Tramassac en 1930, sept autres lors de l'incendie de la raffinerie de Feyzin en 1966, et encore en 2008 lorsque Stéphane Abbes est mort en intervenant sur une explosion de gaz du cours Lafayette. Le site du SDIS mis en lien retrace leur organisation depuis le dépôt de seaux de cuir rue Longue en 1475 jusqu'à nos jours en passant par la construction de la caserne Corneille ouverte rue Rabelais en 1906.

Art et associations

  • Ici se trouve au 143 l’espace associatif du Rhône qui est un lieu de ressources pour environ 5000 associations lyonnaises et 40000 associations Rhonalpines.

  • Justement, deux associations y ont leur siège. L’union lyonnaise des pêcheurs à la ligne et l’association Guillaume Budé qui organise des conférences à thèmes humanistes ainsi que des cours de latin.

  • Le cinéma la Fourmi est spécialisé dans la reprise des films cultes des années précédentes, il existe depuis 1914.

Commerces et services

  • L’activité marquante est le commerce de gros, surtout de vêtements, mais aussi de bijoux. J’ai pu repérer une bonne quarantaine de boutiques dont Astrid qui en occupe à elle seule six ou sept.

  • Il y a aussi plusieurs équipements collectifs, l’école Paul Painlevé, crèche, maternelle et primaire, des bureaux de la préfecture, une importante poste avec une annexe pour les professionnels, la délégation régionale au tourisme.

  • Vers le sud, il y a une zone avec huit artisans dont un ébéniste, deux cordonneries.

  • Les locaux commerciaux sont occupés sur toute la rue avec :

  • Huit restaurants et cinq bars.

  • Une alimentation, une boulangerie, une pâtisserie.

  • Un brocanteur et un marchand de monnaies de collection.

  • Un marchand d’articles de golf.

  • Trois architectes, deux magasins de décoration, un promoteur et quatre agences immobilières.

  • Cinq coiffeurs, deux magasins d’esthétique, un de chaussures, un de vêtements et trois bijouteries.

  • Deux banques, deux assurances, dix neuf avocats.

  • Un garage auto et une station d’essence.

  • Une agence d’hôtesses et d’interprètes.

  • Un médecin, deux dentistes, un opticien, quatre kinésithérapeutes.

  • Deux agences de voyages, un magasin d’informatique, une auto école plus dix autres sociétés.

Février 2005

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

rue Pierre Corneille

rue Pierre Corneille

C’est une grande rue de la rive gauche du Rhône. Elle commence place Lyautey en prolongement de la rue Malesherbes. Elle traverse une partie du sixième arrondissement vers le sud, puis presque tout le troisième et se termine place Bahadourian.

30 autres entrées dans la même catégorie :