Rue Dunoir

Rue Dunoir




Situation


  • La rue Dunoir part en direction de l'est, depuis les bureaux de la préfecture rue Corneille, jusqu'à l'auditorium rue Garibaldi. Elle est interrompue par le nouveau palais de justice.

  • La circulation se fait par bribes, de la rue Corneille à l'avenue de Saxe, puis de l'avenue de Saxe à la rue de Créqui pour la première partie, et de la rue Garcin à la rue Du Guesclin puis de la rue Philip à la rue Garibaldi avec une interruption pour les piétons au passage de la rue Moncey. Il est impossible de traverser la rue Garibaldi qui passe en autoroute à cet endroit là.

  • L'ouest est sur le quartier de la préfecture, l'est sur la Part Dieu.


Architecture


  • Elle débute en face des façades des bureaux de la préfecture par une courte et large section, entre deux rangées de solides immeubles bourgeois de la fin du 19e siècle, l'un est daté de 1895, vu la largeur, deux rangées d'arbres limitent de zones de stationnement.

  • Elle se poursuit au-delà de l'avenue de Saxe par la tour des AGF, construite en retrait, en face, il y a un haut immeuble à balcons, puis d'autres constructions plus basses et plus récentes, cinq étages.

  • La seconde partie commence par quelques façades bien rénovées, puis les constructions sont récentes, style 1980, sans grand charme, de trois à six étages.

  • Il y a un plateau piétonnier au croisement de la rue Moncey, avec des bancs, mais ce n'est pas une grande réussite.

  • Cette rue a été coupée en tranches, les plus belles constructions sont en dehors, l'auditorium et la cité judiciaire limitent la partie est.


Dédicace


  • Dunoir était propriétaire de cette zone avant qu'elle soit construite, il a cédé ses terrains aux hospices civils de Lyon après sa mort en 1699. Avant de passer à sa rue, le nom avait été perpétué par le domaine Dunoir ou du noir.

  • Un autre lyonnais aurait pu être honoré de cette rue, Georges Dunoir a été membre dirigeant du mouvement de résistance le coq enchaîné et membre de la loge maçonnique des amis de la vérité.


Histoire


  • D'abord urbanisée au milieu du 19e siècle, elle a ensuite connu des rénovations et l'installation des immeubles de bureau du quartier de la Part Dieu et de l'aménagement piétonnier de la traversée de la rue Moncey après 1970.

  • Cette rue en fait deux depuis la construction de la cité judiciaire en 1995 qui la partage.

  • En 1944, deux habitants de la rue, Philibert Gaillard et Frédéric Dutrion ont été enlevés puis tués par l'occupant nazi. Une plaque indique leur maison et la devise ces militants sont morts pour que vivent nos libertés.


Art et associations


  • La rue en est dépourvue.


Commerces et services


  • Le consulat d'Ukraine s'est installé ici.

  • Le seul restaurant s'appelle opportunément le palais des délices, juste en face du palais de justice.

  • Deux écoles accueillent des enfants de primaire et de maternelle, l'immaculée conception et l'école André Philip. Si ça ne suffit pas, il y a un centre de soutient scolaire.

  • On peut loger dans une résidence hôtelière et un centre de long séjour.

  • Une agence des voyages propose des départs vers la Grèce, mais on peut aussi aller au centre de bronzage de la rue.

  • Il y a un architecte et deux agences immobilières.

  • Deux fabricants de chaussures orthopédiques.

  • Une banque, la société AGF dans sa tour et deux autres sociétés, neuf avocats qui se sont rapprochés du tribunal.

  • Trois médecins et une pharmacie ainsi qu'un centre de médecine du travail.

  • On trouve aussi une papeterie, un magasin d'informatique et même un généalogiste.



Février 2005


Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Rue Dunoir

Rue Dunoir

La rue Dunoir part en direction de l'est, depuis les bureaux de la préfecture rue Corneille, jusqu'à l'auditorium rue Garibaldi. Elle est interrompue par le nouveau palais de justice.

30 autres entrées dans la même catégorie :