Rue Grenette

Rue Grenette

Situation

  • La rue Grenette débute quai Saint Antoine face au pont Juin, elle se prolonge par la place des Cordeliers vers le pont puis le cours Lafayette.

  • Les voitures circulent sur deux voies depuis la Saône, une piste cyclable est dessinée. C'est l'une des traversées les plus importantes de la presqu'île.

  • A l'est, la rue Grenette s'ouvre largement sur la place des Cordeliers et le palais de la bourse, à l'ouest, on bénéficie d'un beau panorama sur la colline de Fourvière.

Architecture

  • Le premier immeuble de la rue est le plus beau, avec un encadrement de porte somptueux, une vierge à l'enfant inscrit mater amabilis surmonté d'une étoile, et de belles têtes aux balcons. Vu du quai, on voit qu'il ne s'agit que d'une façade plaquée sur un immeuble ancien du quai à la rue Mercière.

  • En face, c'est un immeuble des années 1970 avec quelques balcons proéminents.

  • Après la rue Mercière, on passe entre deux solides maisons richement décorées de la fin du 19e siècle avec de belles têtes au n°3. Au n°4, un petit toit de verre abrite le client de la pluie.

  • Après la rue de Brest, ce sont toujours des maisons du même style, l'une d'entre elles au n°9 est datée de 1896 avec une belle entrée vitrée, on peut remarquer aussi le blason couronné de la Marseillaise.

  • Le n°10, la Grenette fait exception, il est seul survivant de la renaissance, le pas de porte est fait de deux solides arches de pierres, la cour est assez jolie avec un puits et deux galeries en croisées d'ogives.

  • Après la rue Herriot, l'immeuble de Virgin est plus récent, avec ses trois curieux balcons, il marque la transition entre pierre et béton tôt dans le 20e siècle. Le n°26 est étrange, comme si le bas était plus récent que le haut. La façade de la BNP se distingue avec ses colonnes, ses têtes de lions et surtout la succube qui surveille les sorties d'argent. Au n°45 se sont des chiens qui veillent sur les fenêtres.

Dédicace

  • La Grenette était le nom donné au marché aux grains.

  • A la fin du moyen âge, le marché du bled(le blé), la Grenette s'est installé ici.

  • Le bâtiment est toujours en place, on le repère à l'angle de la rue de Brest par son étrange balcon de pierres.

  • Auparavant, on était rue des Albergeries.

Histoire

  • En 580, une terrible inondation a dévasté la presqu'île, elle a été relatée par Grégoire de Tours.

  • Dans les années qui suivirent, les Lyonnais bâtirent une enceinte fortifiée tout autour afin de se protéger de cette calamité. Le tracé sud passait par la rue Grenette qui a résulté du démantèlement de ces remparts avant 1350, le boulevard de la Croix Rousse connut la même naissance au 19e siècle.

  • Le rempart épousait les rives des deux fleuves et sa partie nord se situait au niveau des Terreaux, coté Saône, les maisons trempant dans l'eau faisaient office de rempart.

  • Au 14e siècle, ce sont les échevins qui étaient chargés de contrôler le marché au blé de la Grenette ainsi que l'activité des boulangers.

  • Le prix du blé était un élément très sensible en période de disette et on redoutait les accapareurs qui voudraient spéculer. Le 14 juin 1653, un acheteur s'est porté acquéreur en dessus du prix et a déclenché plusieurs jours d'émeutes. Pour éviter ces mouvements, les autorités ont créé le grenier d'abondance quai Saint Vincent.

  • Au 15e siècle, c'était la plus belle et la plus large rue de Lyon, c'est ici que se déroulaient les tournois. La largeur de cette rue étonna les observateurs des siècles durant.

  • Entre 1480 et 1488, Nicolas Chuquet y a donné des cours de mathématique réputés.

  • Le 7 août 1536, on a remis en honneur une coutume romaine en écartelant Sébastien Montecucculi à la Grenette, accusé d'avoir empoisonné le Dauphin.

  • Le 5 juin 1561 pendant la procession de la fête dieu, un protestant tenta de prendre le ciboire des mains du prêtre à la Grenette, il s'en suivit une forte émotion durant laquelle la foule attaqua les passants soupçonnés d'être aussi Huguenots.

  • Durant les dix huitième et dix neuvième siècles, les imprimeurs ont occupé la Grenette, une plaque donne leur nom rue de Brest, Aimé de la Roche, Ballanche et Barret, Mougin Rusand et Durand. En 2017, il y a toujours un magasin Barret, c'est une maroquinerie.
  • L'ouverture sur le Rhône par la place des Cordeliers ne s'est faite qu'en 1858 ainsi que l'élargissement coté Saône, décidé en 1859 par la démolition de maisons.

  • Au début du 20e siècle, Blanc et Demilly furent parmi les meilleurs photographes lyonnais dans leur studio du n°31.

Art et associations

  • S'y trouve la chambre syndicale des propriétaires et copropriétaires.

  • Virgin est un supermarché de produits culturels.

Commerces et services

  • Il y a un restaurant, un snack et trois bars dont deux sont parmi les plus réputés de Lyon, le bar américain, café anglais et le grand café des négociants, richement décoré.

  • On peut aussi se régaler dans les deux boucheries, la charcuterie, la pâtisserie et le chocolatier Voisin.

  • Une régie côtoie deux agences immobilières, trois magasins de décoration, un de porcelaine, un de sacs, un de laine, un de jeux.

  • Dix magasins de vêtements, quatre de chaussures, un coiffeur et deux bijouteries.

  • Les deux banques sont les sièges locaux de la nationale de Paris et de la Marseillaise de crédit.

  • Quatre huissiers, un avocat, un assureur.

  • Deux pharmacies plus une parapharmacie, l'une est bien décorée d'une fresque aux motifs médicaux.

  • Six sociétés, le n°31 est un immeuble de bureaux.

Décembre 2005

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Rue Grenette

Rue Grenette

La rue Grenette débute quai Saint Antoine face au pont Juin, elle se prolonge par la place des Cordeliers vers le pont puis le cours Lafayette.

30 autres entrées dans la même catégorie :