Nouvelles entrées

  • Les Subsistances
    Les Subsistances

    Les Subsistances se trouvent sur le quai Saint Vincent en bord de Saône.

  • Cheval de Bronze
    Cheval de Bronze

    Il occupe le centre le la place Bellecour et dans une certaine mesure le...

  • Palais Saint Jean
    Palais Saint Jean

    Le palais Saint Jean se trouve à l'angle du quai Romain Rolland et de...

  • Musées Gadagne
    Musées Gadagne

    Le musée Gadagne se trouve dans le Vieux Lyon, à la jonction de la rue...

  • Musée d'art contemporain
    Musée d'art contemporain

    Le musée d'art contemporain se trouve dans la cité internationale, la...

Déjà vus

Rue Tête d'Or

Rue Tête d'Or





Situation


  • La rue Tête d'Or débute boulevard des Belges, au croisement de la rue Duquesne. Elle traverse tout le sixième du nord au sud et se termine boulevard Deruelle face à l'immeuble Britania. Le dernier pâté de maisons au sud du cours Lafayette fait partie du troisième.

  • La circulation se fait du boulevard Deruelle vers le boulevard des Belges sur une voie large ou deux voies étroites en fonction de l'audace des conducteurs.

  • Vers le sud, le cap est donné par la tour de la Part Dieu.

  • Vers le nord, on voit la colline de Caluire, puis on vise un pavillon du parc de la Tête d'Or.


Architecture


  • La rue Tête d'Or est droite et plate.

  • Elle débute par deux beaux hôtels particuliers ornés de lions et d'une coquille au contact du boulevard des Belges, suivent deux immeubles à encorbellement, fer forgé et roses.

  • Quelques maisons individuelles subsistent le long de la rue.

  • Une majorité de résidences modernes la bordent, six étages de haut en moyenne, ménageant quelques terrasses. Ils sont assez cossus avec une entrée de marbre au n°14. Quelques constructions viennent en second plan.

  • De la rue Crillon à la rue de Sèze, les alignements sont plus anciens, remontant au 19e siècle hormis une longue maison ancienne au n°37, la plupart possèdent leur lambrequin de fer forgé pour enrouler les abat-jour.

  • L'école Jean Rostand, en pierres avec un beau blason de Lyon est datée de 1885, elle fait un angle autour de sa cour.

  • Après la rue de Sèze, c'est une nouvelle zone majoritairement du 20e siècle, certains immeubles étant déjà anciens.

  • La crèche en béton est peu élégante entre le jardin Renard et la place Elmaleh.

  • Au n°91, l'église du Saint nom de Jésus a été construite de 1850 à 1860. On en voit le fronton et deux piliers de pierre ainsi que de jolies statues, le discret couvent des Dominicains vient derrière.

  • Au n°80 une barre de douze étages est construite en retrait.

  • Le n°99 a d'étonnants balcons vitrés fermés.

  • Le n°113 possède une jolie entrée avec un visage.

  • Au croisement du cours Lafayette, un curieux cube, daté de 1992 vient en surplomb à l'élargissement du square Bérerd. Le dernier bâtiment est la résidence Tête d'Or bel immeuble bourgeois dont on manque de recul pour en apprécier l'ampleur.


Dédicace


  • La légende veut qu'une tête en or (il me semble que j'ai même lu une tête de christ) ait été enterrée dans le domaine de la Tête d'Or.

  • Du domaine de la Tête d'Or, on a fait le parc, et comme la rue mène à une entrée du parc.


Histoire


  • Avant de devenir une église catholique, le site du saint nom de Jésus aurait été le siège de la loge maçonnique la bienfaisance à partir de 1761.

  • Louis Claude de Saint Martin qui a été franc-maçon à Lyon au 18e siècle a inspiré l'ordre Martiniste fondé par le docteur Encausse dit Papus au début du 20e siècle. Ses livres sur la magie ou la chiromancie sont toujours diffusés.

  • Le maître Philippe de Lyon, mage guérisseur y a soigné quantités de patients. Il possédait l'hôtel particulier au n°35, à l'angle de la rue Tronchet, fruit d'années de guérisons. Il ne se contentait pas de guérir, il a aussi aidé au logement des nécessiteux, ce qui lui vaut une ferveur encore vivante. Un jour il a fait tomber la foudre dans la cour pour impressionner son disciple, le fameux Papus. Sa maison a été démolie au profit d'un immeuble en cours d'achèvement en 2012, une partie est consacrée au logement social.

  • Louis Pradel, alors maire de Lyon vivait au n°56. Le pouvoir Gaulliste ayant tenté de le faire battre aux municipales en changeant la loi électorale, ce qui l'obligeait à ne se présenter que dans un seul arrondissement, Pradel eut l'idée de fonder une association sous l'emblème de laquelle ses colistiers pourraient se présenter. Ce fut, Pour la Réalisation Active des Espérances Lyonnaises : PRADEL, et ce fut un triomphe, 71% des voix au premier tour contre 10% au candidat du pouvoir central. Le canard enchaîné quant à lui comprenait plutôt, Pour la Récupération Abusive des Electeurs Dupés. Tradition ou superstition, en 2008, les deux principaux candidats à la mairie ont pris le soin de décliner aussi leur nom de la même façon.

  • La rue a été tracée au fil du 19e siècle.

  • En 1847, seule la partie nord existait, au sud de la rue de Sèze, il y avait encore un pré avec un petit lac. L'église des Dominicains a été entreprise en 1850 et quelques années après la rue était entièrement construite. Depuis, il y a eu un renouvellement notable des logements au fil du temps.


Art et associations


  • La galerie 94 et l'encadreur du parc exposent des tableaux.

  • Les Dominicains ont une association Agora Tête d'Or qui propose des lectures.

  • L'association ADLIBT est au n°102.


Commerces et services


  • Les commerces y sont assez nombreux, surtout à proximité du cours Vitton.

  • Trois bars, deux snacks, quatre restaurants dont le Gabion dont un mur est couvert de pavés, du Rhône probablement.

  • Trois alimentations, dont une de produits portugais, deux boulangeries, une épicerie, une charcuterie, deux boucheries.

  • Un peintre, un plombier, un tapissier, un imprimeur, une mercerie, deux fleuristes, un magasin de décoration.

  • Trois agences immobilières et une régie.

  • Quatre magasins de vêtements, une de chaussures, un pressing, trois coiffeurs et un magasin d'articles de coiffure.

  • Deux banques, deux assureurs, sept avocats, un marchand de journaux.

  • Onze professions médicales, une pharmacie, un centre médico psychologique.

  • Un atelier de couture.

  • Une agence de voyages, un magasin de photos.

  • L'école maternelle Jean Rostand et l'école du Saint Nom de Jésus enseignent aux petits.

  • Sept sociétés, plus vingt sociétés financières ainsi que douze experts comptables au n°2bis.



Mars 2006

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Rue Tête d'Or

Rue Tête d'Or

La rue Tête d'Or débute boulevard des Belges, au croisement de la rue Duquesne. Elle traverse tout le sixième du nord au sud et se termine boulevard Deruelle face à l'immeuble Britania. Le dernier pâté de maisons au sud du cours Lafayette fait partie du troisième.

30 autres entrées dans la même catégorie :