Rue des Frères Lumière

Avenue des Frères Lumière




Situation


  • L'avenue des Frères Lumière se prend rue Marius Berliet, après le chemin de fer, dans le prolongement de la grande rue de la Guillotière, elle va jusqu'à la place d'Arsonval, au croisement du boulevard Jean XXIII, à Grange Blanche au delà de laquelle elle se prolonge par l'avenue Rockefeller vers Bron puis la nationale 6 vers Chambéry et Grenoble.

  • La circulation se fait d'ouest en est, avec une voie de bus,9 et 33, dans l'autre sens.


Architecture


  • L'entrée se fait par la descente du pont de chemin de fer, entre une grande et haute résidence de 1951 aux belles portes vitrées et les belles briques brunes de la manufacture des tabacs, en partie masquée par les nouveaux pavillons en béton.

  • Entre la rue de Montplaisir, et la rue Maryse Bastié, il y a deux longs alignements de petites maisons anciennes de un ou deux étages, avec de nombreux commerces, entre elles s'intercalent de petits immeubles de toutes les périodes. Peu de rues les interrompent et c'est cet ensemble qui fait tout le charme de la rue des Frères Lumière. On peut remarquer l'hôtel particulier du n°57 en style 1900.

  • Au n°51 et n°53, une résidence avec un beau bouquet d'arbres fait le passage vers la rue Villon.

  • Deux grosses résidences, de la fin du 20e siècle, au n°150 et au n°136 traversent vers la rue des Alouettes et la rue Antoine Lumière, on y accède à pied par un porche, elles forment des barres agréables avec de larges balcons à l'abri des voitures.

  • La dernière partie est différente, plus récente, avec la haute tour carrée de la recherche sur le cancer que l'on aperçoit de chaque point de vue de Lyon et quelques immeubles d'habitations, assez hauts, en béton, du milieu du 20e siècle.

  • On veut renforcer l'image de cinéma du quartier. Les plaques de rues ressemblent à des claps de film, un nouvel immeuble construit vers 2010 possède des lambrequins en forme de pellicule de film.


Dédicace


  • Les frères Lumière avaient leur usine et leur maison à proximité, ils y ont réalisé d'innombrables innovations et déposant plus de deux cent brevets.

  • Leur coup de génie fut le cinéma dont le premier film a été tourné à immédiate proximité dans la rue du même nom.

  • Comme ils avaient fait le serment de toujours travailler ensemble, on a longtemps ignoré qui avait inventé quoi. Sur leurs vieux jours, les deux savants ont voulu bénéficier de la reconnaissance de leurs pairs et ils ont dû détailler leurs travaux. Auguste a été élu à l'Académie de médecine et Louis à celle des sciences.

  • Louis a été un grand physicien, réalisant de nombreuses inventions dans les domaines du cinéma, du son et surtout de la photo. En 1903, Louis a inventé l'autochrome, procédé de photographie couleur. En 2003, les grilles de la préfecture ont été décorées de superbes autochromes Lumière, depuis, on peut toujours les admirer à l'institut Lumière et dans le jardin. Louis Lumière a inventé une prothèse de la main au sortir de la guerre de 1914. En 1914, il a breveté le premier chauffage à gaz sans flamme.

  • Auguste Lumière s'est illustré dans la médecine. Il a inventé le tulle gras. Ceux qui ont fait une chute suffisamment rude savent qu'il sert encore.

  • En 1896, il a été l'un des premiers radiologues lyonnais. Il a fondé une clinique, une revue, l'avenir médical, éditée de 1904 à 1959. Paul Vigne lui a consacré un livre "la vie laborieuse et féconde de Auguste Lumière".

  • Auguste Lumière est né à Besançon le 19 octobre 1862, il est mort le 10 avril 1954 à Lyon.

  • Louis Lumière est né le 5 octobre 1864 à Besançon, il est mort le 6 juin 1948 à Bandol. Il repose au cimetière de la Guillotière.

  • Ils ont exercé toute leur carrière à Lyon et un musée leur est consacré rue du Premier Film. Ce qui est saisissant à la visite de ce musée, c'est l'extraordinaire qualité des premiers films réalisés dans le monde entier à partir de 1895 et surtout des premières photos couleur. Les archives municipales leur ont consacré un dossier, Lumière, l'album de famille en 1995.

  • Le 12 juin 1955, cette rue, jusqu'à lors Grande Rue de Montplaisir est devenue la rue des frères Lumière. Encore auparavant, on était sur la route royale, puis nationale n°6 de Lyon à Chambéry.


Histoire


  • La rue des Frères Lumière existait déjà au moyen âge, c'était la route du Dauphiné.

  • Des maisons de bord de route dont certaines sont déjà anciennes l'ont bordé puis des immeubles plus importants ont commencé d'abord à densifier, puis à les remplacer à partir du 19e siècle. La MJC de Monplaisir avait été construite par le baron des Tournelles pour donner le ton des maisons du nouveau quartier de Monplaisir suite à la vente de son domaine en 1827.


Art et associations


  • Le grand prix cycliste de Montplaisir fait une boucle autour de la rue des Frères Lumière, en 2006, la course a eu lieu le 16 avril.

  • On peut faire du sport à la piscine de Monplaisir ou dans les Clubs 48 et Leader qui font pratiquer danse, gym et sports de combat.

  • La MJC de Monplaisir propose de nombreuses activités.

  • Deux librairies dont La mise en page et un encadreur apportent une offre culturelle.


Commerces et services



  • La tour abrite le CIRC et IARC, centre international de recherche contre le cancer, la rue Lumière est aussi le siège de Calor, de la direction régionale de la Sonacotra avec une résidence et de deux autres sociétés.

  • La clinique de Montplaisir, deux LAM, un magasin d'articles pour audition, quatre opticiens, quatre pharmacies et trente médecins.

  • La faculté des langues y a son entrée.

  • Au delà de ces centres importants, c'est aussi une grande rue pour le commerce de détail.

Avec

  • Huit restaurants, huit bars, six snacks.

  • Sept alimentations, six boulangeries, cinq pâtisseries, quatre boucheries, un marchand de vin.

  • Un électricien, un magasin de meubles, deux déménageurs, un cordonnier, une imprimerie, un magasin de peinture, six de décoration, un d'électroménager, un de laine, un de copies, six de téléphones, cinq fleuristes, quatre pressings, cinq agences immobilières.

  • Dix neuf magasins de vêtements, cinq de chaussures, sept d'esthétique, seize coiffeurs, trois parfumeries, quatre bijouteries.

  • Huit banques avec sept GAB, quatre assurances, trois marchands de journaux, un garage auto, trois auto écoles, trois agences de voyages dont une SNCF, une crèche.

  • Trois magasins de photos, deux de location vidéo.

  • Une station vélo V.



Avril 2006

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Rue des Frères Lumière

Rue des Frères Lumière

L'avenue des Frères Lumière se prend rue Marius Berliet, après le chemin de fer, dans le prolongement de la grande rue de la Guillotière, elle va jusqu'à la place d'Arsonval, au croisement du boulevard Jean XXIII, à Grange Blanche au delà de laquelle elle se prolonge par l'avenue Rockefeller vers Bron puis la nationale 6 vers Chambéry et Grenoble.

30 autres entrées dans la même catégorie :