Rue Thomassin

Rue Thomassin





Situation


  • La rue Thomassin va de la rue de la Monnaie au quai Jules Courmont, sur la presqu'île, traversant le quartier Grolée à l'est.

  • Elle débute par une section piétonne jusqu'à la rue de Brest. Les voitures circulent de la rue de Brest à la rue du Palais Grillet, puis de façon réglementée jusqu'à la rue Grolée et de cette rue au quai.


Architecture


  • Le premier pâté de maisons date de la fin du 20e siècle, il est fait par deux corps de bâtiments à péristyle reliés par une belle galerie et occupée en partie par une terrasse de bar couverte.

  • Après la rue Mercière, on est entre des bâtiments alignés du milieu du 19e siècle, le n°6 a une belle porte datée de 1850. Les façades font cinq ou six étages, peu décorées avec quelques fers forgés et une guirlande de pierre au n°13. L'alignement n'a jamais été terminé, quatre maisons plus anciennes viennent en saillie en face de la rue des Quatre Chapeaux, de même, les n°29 et n°31 forment une section plus étroite. Le n°32 détonne, plus récent avec sa tour d'ascenseur.

  • L'entrée du petit passage de l'Argue est soutenu par deux colonnes.

  • L'entrée vitrée du Printemps provoque des reflets sur deux immeubles aux fenêtres à chapiteaux.

  • Au croisement de la rue Grôlée, les immeubles deviennent plus imposants, avec de lourdes décorations et de grands balcons à fer forgé, les angles sont coupés, l'un occupé par une belle rotonde. Les portes des n°38 et n°39 sont imposantes, on peut y voir la grande plaque du club alpin qui a depuis déménagé rue Servient. L'immeuble qui fait l'angle avec le quai coté sud a de belles arches en pierres à fossiles. La fin de la rue est beaucoup plus large.


Dédicace


  • En 1448, Mathieu Thomassin était conseiller du Dauphin, futur Louis XI.

  • En 1449, Pierre Thomassin fut l’un des deux émissaires de la ville auprès du roi pour tenter de faire diminuer l’impôt de la ville envers lui.

  • En 1506, Claude Thomassin a été nommé capitaine de la ville de Lyon. Il était conservateur des foires, comme le rappelle une plaque sur sa maison place du Change, c'est lui qui a fait ouvrir la rue.

  • En 1519, Bonaventure Thomassin était juge à Lyon avant de devenir conseiller au parlement de Paris, puis président du parlement de Grenoble, il avait une grande propriété rue Sainte Catherine.

  • En 1595 ou 1596, René Thomassin a été le premier prévôt des marchands de Lyon, il fut le premier anobli par cette charge, pratique qui allait se généraliser jusqu'à la révolution, il est devenu seigneur de Montmartin.

  • Les bouts de la rue se sont appelés Plat d'Argent et Gaudinière.


Histoire


  • Claude Thomassin a obtenu l'autorisation de faire ouvrir la rue en 1499.

  • Les peintres Jean Perréal, Vandemère et François Stella y ont vécu de même que le graveur Germain Audran. Vers 2014, on a placé une plaque à la mémoire de Sébastien Gryphe, imprimeur de Rabelais, introducteur du caractère italique.

  • Le premier journal lyonnais les Nouvelles Ordinaires, est né à proximité, publié en 1641 par un libraire qui distribuait la Gazette de Théophraste Renaudot.

  • Elle a subi trois grosses transformations qui l'ont totalement renouvelée.

  • Au milieu du 19e siècle, les percées de la rue de Brest, de la rue de la République et de la rue Herriot.

  • Au début du 20e siècle, la construction du quartier Grolée vers le Rhône.

  • A la fin du 20e siècle, la reconstruction de cette partie de la rue Mercière.

  • Louis Marie Marguet a vécu au 26. En 1930, il a publié Myrelingues la brumeuse, l'an 1536 à Lion sur le Rosne, l'un des romans emblématiques de Lyon.

  • En 1930, au n°38, René Baudry a créé les laboratoires homéopathiques lyonnais. Il a embauché Henri et Jean Boiron qui ont développé l’entreprise jusqu’à en faire la plus importante du monde pour l’homéopathie.

  • Pierre Combet Descombes y a eu son atelier au n°22 jusqu’à son incendie le 9 décembre 1955.

  • En 1970, le Baby Hôtel était un des centres de la prostitution, quatre des actionnaires principaux étaient des policiers lyonnais.


Art et associations


  • Ce sont des commerces liés aux arts, studio shop vend des guitares, Nef diffuse du cinéma dans huit salles, c'est l'héritier de la Scala, d'abord salle de café concert en 1880, puis cinéma, l'un des plus célèbres de Lyon depuis 1906. En 1994, il a été absorbé par son voisin, désormais devenu Pathé Cordeliers. A sa fermeture en 2016 il était le plus ancien cinéma de Lyon. De 1964 à 1966, le Paris, au n°22, est resté dans les mémoires pour les films et l'ambiance fantastique qui régnait lors des séances de ciné club midi minuit.

  • Raconte-moi la terre est une librairie spécialisée dans les voyages qui organise des expositions, des conférences et dispose d'un café avec accès Internet. Elle est partie rue du Plat vers 2010.


Commerces et services


  • La prostitution a largement quitté le quartier mais restent trois sexe shop.

  • Trois restaurants, de spécialités turques, japonaises et belges, quatre bars et une boite de nuit.

  • Onze magasins de vêtements, le grand magasin Printemps, un magasin de chaussures, un d'esthétique, une bijouterie, une agence de voyages.

  • Six professions médicales, une pharmacie.

  • Un bureau de police municipale, un de poste et neuf sociétés dont huit rassemblées dans l'immeuble de bureaux du n°32.



Mai 2006

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Rue Thomassin

Rue Thomassin

La rue Thomassin va de la rue de la Monnaie au quai Jules Courmont, sur la presqu'île, traversant le quartier Grolée à l'est.

30 autres entrées dans la même catégorie :