Rue Jean Carriès

Rue Jean Carriès






Situation


  • La rue Jean Carriès monte en pente douce en prolongement de l'avenue Adolphe Max, au croisement de la place Commette et de l'avenue du Doyenné, elle se termine quelques mètres plus à l'ouest sur la rue Tramassac.

  • La circulation se fait depuis la rue Tramassac.


Architecture


  • Le coté nord est entièrement occupé par le dos de l'école Saint Joseph, deux puis trois étages de béton austère compensant la pente.

  • Coté sud, c'est un alignement de flancs d'immeubles assez jolis par leurs entresols encadrés de pierres carrées et la porte du n°1. La dernière maison, au n°5 est la plus belle, dans le style du vieux Lyon avec des fenêtres à meneaux et de belles arches.


Dédicace


  • Jean Carriès est né à Lyon en 1855, il est mort à Paris en 1894.

  • Il était sculpteur et céramiste. Il avait appris le métier comme apprenti dans cette rue. Le musée des beaux-arts conserve un autoportrait ainsi qu'un buste le représentant.

  • La ville a remis une plaque à l'ancien nom de rue de la Pionière. Elle s'est appelée aussi rue Thiers et rue des Deux Cousins.


Histoire


  • La rue Jean Carriès se trouvait à l'intérieur de l'enceinte du cloître de Saint Jean. Elle est habitée depuis le moyen âge et a été ouverte suite à la destruction de l'enceinte, peut être à partir de 1680 quand fut décidé l'alignement de la rue Tramassac.


Art et associations


  • Au n°5, un potier spécialisé en imitations de sacs suit les traces de Jean Carriès.

  • Au n°2 se trouve l'officialité qui est l'organisme chargé de dire le droit canon de l'église catholique ainsi qu'une bibliothèque d'unité chrétienne. Si vous voulez étudier la doctrine de Saint Irénée et de ses successeurs, aucun lieu n'est plus indiqué que celui ci. Si vous croyez ce centre trop doctrinaire, sachez que le comité pour l'oecuménisme est aussi ici ainsi que les services des relations avec les juifs, les musulmans et un délégué aux migrants. La communauté Sant Egidio y a aussi son bureau lyonnais. Elle a organisé les rencontres internationales pour la paix les 11 12 et 13 septembre 2005. Le diocèse y a aussi sa pastorale du tourisme et des loisirs. En 2008, la pastorale a organisé un jeu intitulé notre dame du coin de la rue visant à reconnaître les nombreuses statues de la vierge et des saints qui ornent nos angles de maisons.


Commerces et services


  • Y sont une fabrique de prothèses dentaires et le café de la ficelle ainsi qu'une entrée du métro.



Juillet 2006

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Rue Jean Carriès

Rue Jean Carriès

La rue Jean Carriès monte en pente douce en prolongement de l'avenue Adolphe Max, au croisement de la place Commette et de l'avenue du Doyenné, elle se termine quelques mètres plus à l'ouest sur la rue Tramassac.

30 autres entrées dans la même catégorie :