Rue de l'Abbaye d'Ainay

Rue de l’Abbaye d’Ainay





Situation


  • La rue de l'abbaye d'Ainay débute dans le prolongement de la rue Catelin. Elle va vers le sud, jusqu'à la rue Bourgelat, face au flanc de la mairie.

  • La partie nord sert de parking.


Architecture


  • Coté est, ce ne sont que des bâtiments religieux. Trois beaux ensembles de pierres. Quatre étages austères pour le collège Monnet. Un flanc plus élégant du centre Adélaïde Perrin avec ses trois alignements de fenêtres arquées.

  • Puis c'est l'église Saint Martin avec sa fameuse silhouette et ses décors de briques. Elle est entourée de ses annexes avec de beaux reliefs sculptés.

  • Les quatre piliers du chœur sont célèbres puisqu'ils sont les deux colonnes romaines du temple à Rome et à Auguste, sciées en deux pour en soutenir la voûte.

  • Après les piliers, la chapelle Sainte Blandine est le vestige le plus ancien puisque son plan est carolingien et qu'elle a été voûtée au 11e siècle avant d'être restaurée au 19e siècle avec du beau marbre blanc.

  • L'église Saint Martin a été construite durant les 11e et 12e siècles, le décor coloré de briques est magnifique. Elle a été augmentée et transformée aux 15e et 19e siècles. Elle a bénéficié d'une importante rénovation terminée en 2007.

  • En face, ce sont des logements. D'abord une belle résidence aux lourds balcons composés de deux ailes autour d'une cour défendue par une loge. Elle est décorée de deux têtes et d'une vierge. Le n°12 date de 1892.

  • Après la rue Jarente, c'est un court alignement de trois façades dissemblables. Celle du 14 se distingue par ses trois grands balcons intérieurs. Celle de l'ISARA par la hauteur de ses étages et sa statue au sommet.

  • Après la place d'Ainay, une belle maison ancienne au n°20 termine la rue. Elle est très décorée avec de nombreux médaillons et des fenêtres à colonnes. Les médaillons représentent Badulphus, Sabinus, Aurelianus, Amblardus Goreranus et Terrail, anciens saints et abbés locaux.


Dédicace


  • La dédicace s'imposait.


Histoire


  • La fondation de l'abbaye d'Ainay se perd dans la légende, un monastère existait entre Rhône et Saône, Saint Sabinus y a enseigné à Saint Romain, né en 390 puis parti fonder un monastère à Condat dans le Jura.

  • Un saint Martin a été abbé de l’Île Barbe, puis évêque de Lyon jusque vers l’an 400.

  • Les premiers textes historiques viennent des temps carolingiens quand l'abbé Aurélien, futur archevêque de Lyon a envoyé des moines du Jura s'installer ici en 859.

  • Le pape Pascal II est venu consacrer l’église en 1106.

  • François 1er et son fils le dauphin sont venus loger en 1536, le 2 août le dauphin a eu un malaise qui allait le tuer après avoir joué au jeu de paume au pré d'Ainay. C'est de l'abbaye que François 1er a décidé la construction des fortifications de la ville de Lyon en 1541.

  • L’abbaye d’Ainay a été sécularisée en 1685.

  • La rue aurait été ouverte en 1793 sur d’anciennes dépendances de l’abbaye mais l'exposition des archives municipales sur l'abbaye retient la date de 1858.


Art et associations


  • Les amis de l'abbaye d'Ainay présentent un bel historique de l'abbaye à l'intérieur de l'église.

  • En 2004, Gérard Courant a entrepris que filmer toutes les rues de Lyon. Le 30 juin 2015, il doit présenter le film du second aux archives en commençant par ici.


Commerces et services


  • Hormis le restaurateur de meubles anciens, tous sont en rapport avec l'enseignement, ISARA, Ceref, collège Monnet et un psychologue.



Avril 2007

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Rue de l'Abbaye d'Ainay

Rue de l'Abbaye d'Ainay

La rue de l'abbaye d'Ainay débute dans le prolongement de la rue Catelin. Elle va vers le sud, jusqu'à la rue Bourgelat, face au flanc de la mairie.

30 autres entrées dans la même catégorie :