Quai Paul Sedallian

Quai Paul Sédallian

Situation

  • Le quai Sédallian est le second en rive droite de la Saône, après le quai Carrié et avant le quai du Commerce.

  • Il commence après la place de la mairie de Saint Rambert, place Henri Barbusse, il se termine au niveau de la rue Laborde.

  • Il est aussi partie de la RD51 de Lyon à Anse.

  • Les bus 31 et 43 y passent.

  • Au nord, la vue porte sur l'île Barbe, au sud, le clocher de Vaise pointe sur horizon de colline de Champvert, et de monts du Lyonnais. De l'autre coté de la Saône, sur la colline de Caluire bien boisée et sur le bourg de Cuire bien détaillé sur le panneau informatif du petit perron des pêcheurs avec notamment la belle façade de la Rivette construite au 18e siècle par Soufflot et l'étonnant château de Cuire existant depuis le 14e siècle, qui est passé sous toutes les formes et toutes les possessions dont celle du consulat de Lyon avant d'être transformé en appartements.

  • Plusieurs rampes permettent de descendre au bord de la Saône, le chemin n'est pas praticable sur toute la longueur mais seulement au sud de la rue Claudy et par bribes.

Architecture

  • Le trottoir coté Saône est limité par un parapet de béton, à l'ombre d'une impressionnante rangée de platanes, peut être la plus longue de Lyon. Il n'est pas goudronné tout le long et reste en partie en cailloux.

  • Les endroits où le bord de Saône est accessible est un étroit chemin au pied du perré, dans la végétation avec une rangée d'arbres aux racines dans la Saône.

  • Le quai sort de la place Barbusse le long de deux magnifiques maisons cachées dans des jardins arborés, on devine les motifs qui décorent la première et le toit d'ardoise pointu de la seconde émerge au dessus. Les maisons suivantes sont plus simples, un atelier de béton vient sur l'alignement avant deux autres maisons. Une impasse part entre le 1 et le 3, elle se termine sur le portail de la maison les Sources, un beau carré de trois niveaux.

  • A l'angle de la rue de la Mignonne, on peut voir la maison que Tony Garnier s'est construite en 1910 pour en faire son logement et son atelier. Elle est très sobre, surtout remarquable par ses fenêtres arrondies et son petit escalier de marbre sur le patio. En face, un panneau placé sur un petit perron donne des informations sur la maison. Deux escaliers descendent à une plate forme de pierre au bord de la Saône.

  • Il y a encore des maisons dans leurs jardins jusqu'à la rue de la Sauvagère. En face, deux rampes donnent accès au bord de Saône.

  • Le quai continue le long de la cité de la Sauvagère, faite d'immeubles blancs de trois étages, ils sont quatre, arrondis autour du square Mouriquand avec une barre plus longue ensuite. Au printemps, les deux rangées d'arbres de la promenade qui fait face à la cité se couvrent de fleurs roses.

  • Ils sont suivis par un square avec des jeux d'enfants puis deux petits immeubles en cube de quatre étages entourent une seconde cité en retrait, trois grosses maisons collectives de deux étages qui eux même entourent la villa du 27 bis.

  • Devant, une chaussée part en oblique vers la rue Joannès Carret, elle laisse la place à un triangle avec des bacs à plantes avec une petit navire au milieu des fleurs, puis à un rond avec un arbre qui distribue la circulation.

  • Il passe ensuite au flanc de la villa Créatis, rayée de volets, de son parking, puis d'un immeuble triple, couvert de vitres et de bois, encore en construction. Au contraire, le 44 est en démolition derrière son mur. Face à la rue Claudy, un perron et deux escaliers donnent accès au bord de Saône. Un petit passage devant le perron permet de voir qu'un petit cours d'eau y arrive à coté duquel on peut voir une échelle mesurant la Saône.

  • Après la rue Claudy, il y a un petit terrain vague puis le parc routier de l'équipement avec ses deux pavillons appuyés sur des barres basses avec une barre plus massive en retrait.

  • Un flanc de petit immeuble à une seule fenêtre fait face à une maison à deux corps dont un terrain vague laisse voir le dos de pierre rose. Ils forment une petite impasse.

  • Après la rue Marcuit, on passe devant la vaste entrée de Cegid en haut d'un immense escalier, elle est entièrement vitrée laissant voir des lions dans le hall, en retrait de deux ailes de verre plus sombre. Une rampe descend au bord de Saône, il passe en sous bois et ressort devant le navire Bougainville.

  • Après la rue de la Navigation, un mur décoré de petits personnages tordus laisse voir une barre blanche à deux étages, siège de Atari, en arrivant devant, on voit sa spectaculaire proue trempant dans l'eau d'un bassin avec trois faux navires semblables jusqu'à la rue des Docks.

  • Le quai se termine face à la grosse maison double de deux étages du 58 avec une curieuse fenêtre au dessus de la porte et de trois étages pour le 59, tout en pierres avec deux balcons saillants qui fait l'angle de la rue Laborde face au château d'eau de l'Ouest.

Dédicace

  • Paul Sédallian est né le 5 septembre 1894 à Lussan dans le Gard, il est mort en 1960. Il a vécu à proximité, 14 rue des Docteurs Cordier. On le voit aussi parfois écrit Sédaillan.

  • Il était médecin lui même, professeur de médecine, directeur de l'institut Pasteur. Il a été aussi conseiller municipal à Saint Rambert.

  • Auparavant, on était chemin de Lyon à Saint Rambert, quai de la Sauvagère en 1908 et quai Jean Jaurès.

  • Le quai s'est aussi appelé un temps quai de l'Industrie, le quartier qui est en retrait de ce quai et du quai du Commerce s'appelle toujours ainsi.

Histoire

  • Ce quai a hébergé l'usine de pâtes Rivoire et Carret à l'angle de la rue Joannès Carret qui garde la mémoire de ce dernier.

  • C'est de 1893 à 1907 qu'on a édifié le mur de béton qui maintient la route actuelle au dessus des hautes eaux. C'est de cette époque que datent les villas au nord du quai.

  • En novembre 1930, un avion venu photographier la catastrophe du Chemin Neuf faillit en provoquer une seconde. A court de carburant, le pilote n'eut d'autre ressource que de planer jusqu'en vue de l'île Barbe, de jeter son avion à la Saône et de finir son trajet à la nage.

  • En 1954, le quartier d'habitation de la Sauvagère est venu compléter les villas qui s'y trouvaient déjà.

  • La construction de l'entreprise de jeux vidéo Atari en 2001 a donné le signal d'un profond bouleversement du quartier avec l'élaboration d'un pôle d'économie numérique, le chantier de Apicil est en cours, il y a des démolitions et des permis de construire.

  • Pour l'heure, on peut jouer les explorateurs et déranger les cygnes dans la végétation du bord de Saône. Un projet de berges de Saône, sur le modèle de celles du Rhône verra peut être un futur aménagement.

Art et associations

  • Le quai est très prisé des coureurs et des cyclistes. Le 12 septembre 2009, la course Lyon VTT y est passée.

  • La Saône est parcourue par les avirons, mais les trois clubs sont sur la rive gauche.

Commerces et services

  • Trois stations vélo V.

  • Deux bars dont un sur une péniche.

  • La société Cegid occupe un bâtiment, le siège de Apicil est en construction, un permis a été déposé pour un immeuble de bureaux au 52, trois sociétés financières au 7.

  • Une menuiserie.

  • Il y a des bancs devant la Sauvagère, dans le petit square à la jonction de la rue Carret.

Septembre 2009

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Quai Paul Sedallian

Quai Paul Sedallian

Le quai Sédallian est le second en rive droite de la Saône, après le quai Carrié et avant le quai du Commerce.

30 autres entrées dans la même catégorie :