Quai Fulchiron

Quai Fulchiron

Situation

  • Le quai Fulchiron se trouve en rive droite de la Saône, en aval du quai Romain Rolland et en amont du quai des Etroits, entre l'avenue Adolphe Max et la montée de Choulans, entre le pont Bonaparte et le pont Kitchener.

  • Une ancienne plaque posée en face du pont d'Ainay signale qu'on est à 300 mètres du pont du midi et à 3 kilomètres 100 de la Mulatière sur la nationale 86.

  • Il est coupé à deux reprises, entre la place Crépu et la place de la Commanderie, puis à la jonction entre la rue Saint Georges et la rue de la Quarantaine.

  • Il fait une belle promenade, tant par le cadre et la lointaine histoire que par les curiosités architecturales.

  • La circulation se fait sur une ou deux voies vers le nord.

Architecture

  • Il possède un bas port en trois endroits, accessible par des rampes et des escaliers, ailleurs, le perré plonge dans la Saône. Face à la CNR, la culée du pont d'Ainay et ses deux jolies colonnes est restée intacte.

  • Le quai débute par un bel alignement de façades simples du 19e siècle, le n°6 est plus ancien et sort sur l'alignement.

  • L'immeuble du n°7 est connu comme immeuble Blanchon, il date de 1845. Il a une architecture extraordinaire avec sa belle porte et ses six étages aux petites ouvertures toutes différentes. Il a une vierge à l'enfant à l'angle de la place Crépu. Vu de cette place il est étonnant aussi car il s'élance, isolé par la rue Lavarenne.

  • Après la place de la Commanderie, le quai reprend par l'édifice massif de l'école, en pierres grises. Un petit lion indique Lugd 1886, il est ouvert par deux portes à chapiteaux, surmonté de deux étages principaux à larges ouvertures et un troisième plus petit.

  • Après la rue Mouton, ce sont deux anciennes maisons plus basses, à deux étages.

  • Après la ruelle, quatre immeubles du 19e siècle, les trois premiers se ressemblent, avec trois jolies portes de bois et des balcons de fer. Le cinquième est extraordinaire, il n'est pas dans le même alignement, les deux étages du bas sont fermés par de grandes verrières qui donnent de beaux reflets, le troisième forme une loggia soutenue par des colonnes de fer ouvragées qui soutiennent le balcon verdoyant du dernier, il est couvert par un toit d'ardoise, pointu aux angles.

  • Après la place du Port Neuf, une maison simple de trois étages aux fenêtres à meneaux avance sur l'alignement des quatre immeubles suivants, du 19e siècle, cinq étages aux fenêtres soulignées par quelques chapiteaux, le dernier est collé à une vieille construction fermée par une porte.

  • La dernière partie reprend après le square Fillon par un gros immeuble de béton de quatre étages avec un atelier dont les arches ont pris la forme de la maison d'à coté. Le virage est pris par une vieille maison jaune aux formes biscornues, puis vient un immeuble du début du 21e siècle à la façade creusée et aux petites fenêtres carrées, puis deux façades, celle du 34 bien décorée avec deux visages qui se regardent.

  • Au 35 l'école maternelle est un long bâtiment de béton en retrait d'un mur presque aveugle. Au 36, le siège de la SACVL fait cinq étages imposants à structures extérieures puis le quai se termine par l'incroyable immeuble gris de rive de Saône avec sa bretelle autoroutière qui le perce et ceinture ses rondeurs et les grandes verrières qui cachent les vestiges de la basilique funéraire Saint Laurent.

  • Des péniches sont amarrées avant le pont Kitchener, la dernière a une statue de vigie accrochée à un mas de fortune.

Dédicace

  • Jean Claude Fulchiron, né à Lyon en 1794 a été député du Rhône, président du conseil général puis sénateur. Il est mort à Paris en 1859 ce qui a motivé l'appellation du tout nouveau quai qu'il avait participé à faire élargir.

  • Fulchiron a instauré un prix pour récompenser un ouvrier en soie, il fut attribué de 1840 à 1890.

  • En 1981, Roland Fulchiron a présidé la commission qui a lancé le projet des berges du Rhône.

  • Depuis 2007, Hughes Fulchiron est président de l'université Jean Moulin.

  • Il s'est un temps appelé quai Jean Jacques.

Histoire

  • Le coude que fait le quai serait le dernier témoignage de l'ancien confluent et de la puissance des eaux du Rhône qui venaient creuser la colline. Le même phénomène se reproduisant plus en aval, le confluent a dû cheminer au fil des siècles avant d'être fixé par les travaux de Perrache.

  • Cette partie a été naviguée depuis l'antiquité et habitée depuis le haut moyen âge.

  • Au 16e siècle il y avait des areyniers à Saint Georges qui ont fourni le sable et les graviers pour protéger les ponts à l'occasion de l'entrée de François 1er dans la ville. Les derniers grands tas de sable de Lyon ont été aplanis en 1998 sur le quai Gillet.

  • De 1533 à 1856, un hôpital financé par Thomas Gadagne a été spécialisé dans le soin des pestiférés. Il a donné son nom à la rue de la Quarantaine.

  • Pendant cent cinquante ans, jusqu'en 1944, le pont d'Ainay a permis de rejoindre le quartier d'Ainay sur la rive gauche. Ce pont n'a pas été reconstruit après sa destruction par l'armée allemande avant d'abandonner la ville en 1944.

  • Le quai a été aménagé de 1838 à 1858 en rasant les maisons qui se trouvaient en bordure de Saône. Il reste quelques maisons antérieures, mais l'aspect général date de cette époque, sauf la partie sud que la fin du 20e siècle a transformé.

  • En 1839, en creusant les fondations du quai, on a trouvé des vestiges romains. En 1840, les travaux ont dégagé un avant bras en bronze. En 1859, en démolissant une maison, c'était une statue de femme du 14e siècle à tête de loup qui apparaissait.

  • La commanderie de Saint Georges qui se trouvait là a été victime de l'alignement, on a fini de la démolir en 1854.

  • Au début du 20e siècle, une aire pour les joutes était très populaire, les jouteurs sont maintenant plus en aval, juste après le confluent sur la commune de la Mulatière.

  • En 1903, Noël Aguettant a fondé son laboratoire au 36.

  • Entre les deux guerres, le journal de Guignol était installé au n°37.

  • Une plaque indique que François Palasse a vécu au n°1 de 1939 à 1963. Il était professeur de lettres. En 1946, il a fondé la Renaissance du Vieux Lyon et en a été le premier président.

  • Une plaque rappelle l'endroit où lieutenant de police Patrick Fillon s'est fait tuer le 19 février 1997. Le square voisin lui est attribué.

Art et associations

  • Au 23, une plaque indique le lieu de naissance de Gabriel Chevallier en 1895. Cet écrivain mort en 1969 est resté célèbre par son roman Clochemerle.

  • Deux librairies, Alcade et le père peinard, fondée en 1840.

  • Un peintre en trompe l'oeil, les éléphants heureux a décoré son mur avec des éléphants, un autre fait de la restauration de tableaux.

  • Le vitrail Saint Georges a réalisé une belle enseigne.

Commerces et services

  • Deux écoles, maternelle et primaire.

  • Un tapissier, un ébéniste, un artisan en bâtiment, un architecte, un fleuriste.

  • Un magasin de décoration, un coiffeur, un bijoutier, deux agences de voyage, un garage auto.

  • Un restaurant, deux bars, une alimentation, un fromager, un marchand de vin.

  • Une agence d'hôtesses, la SACVL, un immeuble de bureaux rive de Saône.

  • La manufacture lyonnaise de bandages herniaires, titulaire de plusieurs brevets a oeuvré au 34.

  • Quelques bancs sont placés en face de la place Crépu et sous les platanes qui donnent de l'ombre à la partie sud sauf en face de la CNR.

Juillet 2007

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Quai Fulchiron

Quai Fulchiron

Le quai Fulchiron se trouve en rive droite de la Saône, en aval du quai Romain Rolland et en amont du quai des Etroits, entre l'avenue Adolphe Max et la montée de Choulans, entre le pont Bonaparte et le pont Kitchener.

30 autres entrées dans la même catégorie :