Quai Pierre Scize

Quai Pierre Scize






Situation


  • Le quai Pierre Scize longe la rive droite de la Saône dans le neuvième, puis le cinquième. Il vient en aval du quai Chauveau, après la montée de l'Observance, et en amont du quai de Bondy, après la place Gerson et la passerelle Saint Vincent.

  • Il est dominé par la colline de Fourvière, son tracé sinueux et ses renfoncements ont été dictés par la colline et la Saône.

  • Du quai, on voit le quai Saint Vincent, la Croix Rousse, les couvents, la basilique et la tour de Fourvière.

  • La circulation se fait du sud au nord, une voie doublée d'une voie pour les bus et une piste cyclable.

  • Les montées en escalier du Greillon, de la Sarra, et de la Chana permettent de grimper à Fourvière.


Architecture


  • Il débute par une série de huit maisons anciennes, petites, de deux à quatre étages, avec une rangée d'anges sculptés sous le toit du n°8 et un autre ange dans une niche au n°10. Le retrait laisse une petite place en longueur.

  • Deux résidences des années 1970 forment une barre de huit étages, d'autres immeubles sont construits en retrait. Un bel hôtel particulier du 19e siècle y est collé.

  • On longe ensuite le mur de pierres dorées du gros entrepôt de la ville, occupé par Louxor spectacle, construit après 1793 sur l'emplacement creusé dans l'ancien rocher de Pierre Scize.

  • Ensuite, c'est ce qui fait le caractère unique de ce quai, un très long alignement de maisons anciennes, à peine interrompu par quelques constructions plus hautes et plus récentes. Les maisons sont petites, simples, ce sont les arches des boutiques qui sont jolies. Il en reste à restaurer ainsi que des espaces à exploiter comme le jardin du n°35.

  • Entre le n°44 et 57, le retrait est utilisé devant pour la place Bourgneuf, derrière pour construire, en 2006, un ensemble de petites maisons collées autour d'une grande cour dominée par la colline.

  • Trois colonnes soutiennent une large vitre au n°59.

  • La clef de voûte du n°80 est finement sculptée, il y a une main de fer en heurtoir au n°81.

  • Du n°85 à la rue Saint Paul, une grande barre aménagée en 1888, au moment de l'arrivée du chemin de fer à Saint Paul à la fin du 19e siècle.

  • Les maisons anciennes reprennent ensuite avec une courbure inversée, les entrées sont très basses, signe que la ville est montée. La façade du n°110 se remarque par ses pierres arrondies et son enduit rouge, les arches du n°107 sont charmantes ainsi que la dernière rangée d'arches biens régulières autour du n°114 par la vitre de laquelle on aperçoit la cour qui donne sur la place Gerson.


Dédicace


  • Pierre Scize est un personnage de la mythologie lyonnaise. Certains sont envoyés le consulter, d’autres ont publié sous son nom.

  • En fait, il s’agit d’un imposant rocher qui se trouvait face au fort Saint Jean. Ce rocher semblant brisé en deux a été baptisé ainsi.

  • Les légendes disent que le gendre de l’empereur romain, Agrippa gouverneur de Lugdunum l’avait fait découper pour y faire passer une voie romaine.

  • Un château fort, symbole de l’oppression du sabre et du goupillon trônait sur ce rocher depuis la fin du 11e siècle, il avait été construit par Humbert de Forez. Au nord, le domaine de Pierre Scize se terminait à une tourette au-dessus du fossé qui descendait à la verticale de la porte Bourgneuf.

  • Le château de Pierre Scize fut le dernier à tomber lors de la prise de possession de la ville par les troupes protestantes le 7 mai 1562. Les protestants tinrent la ville jusqu’au 15 juin 1563 avant de se réconcilier avec les catholiques. Le baron des Adrets en avait (peut-être) fait sa résidence avant d'y être incarcéré.

  • En 1576, on a armé des gardes aux portes de Pierre Scize et aux autres portes de Lyon en cas d’arrivée des Allemands qui menaçaient Macon.

  • Après la révolution, une fois le château démoli, à partir de 1793, ce rocher a servi de carrière.


Histoire


  • Les rochers tombaient à pic dans la Saône. Agrippa y fit aménager un passage. La voie d’Agrippa se terminait à Boulogne sur Mer.

  • En 177, pour éviter le massacre des chrétiens, l’un d’entre eux, le futur Saint Epipoy s’est réfugié ici au pied de la colline. Par la suite on a édifié une recluserie au n°19 pour son culte. Une source qui s’y trouvait est devenue miraculeuse. On a édifié ensuite un puits pour bénéficier de cette eau qui guérissait des tremblements.

  • Le 21 juin 1320, c’est au château de Pierre Scize que l’archevêque Pierre de Savoie a autorisé l’élection des représentants de la ville.

  • La chaussée a été pavée pour l’entrée triomphale du roi Charles VI le 14 octobre 1389.

  • La principale porte nord de Lyon était appelée ainsi du nom du rocher, on la trouve nommée en 1389 et elle fut détruite en 1803.

  • Le poète Maurice Scève est né dans le quartier de Bourgneuf.

  • Tout le quai et les suivants jusqu'à la place de Roanne (palais de justice), servaient aux rentrées fastueuses des rois de la renaissance. Ils ont été plusieurs fois décorés et parcourus de spectacles et de musiciens. Pour l’entrée de François 1er en 1515, plus de sept kilomètres de toiles avaient été achetées. Les huit lettres du prénom du roi étaient figurées par huit colonnes sur lesquelles étaient huit sculptures de jeunes femmes représentant huit vertus.

  • En 1564, pour l'entrée de Charles IX en ville la porte de Pierre Scize a été décorée en arc de triomphe portant les mythiques rois Gaulois accueillant le roi de France.

  • En 1593, il y eut des troubles religieux pour la prise de Lyon à la porte de Pierre Scize.

  • La nuit du 21 au 22 novembre 1787 Denis Monnet maître ouvrier en soierie fut arrêté à son domicile dans lequel on saisit un mémoire de revendications préparatoires à des négociations avec les négociants en soie. A l’intérieur on y trouva les notions de salaire minimum garanti et de révision du tarif en fonction du coût de la vie. Cinquante ans avant la révolte des Canuts, Denis Monnet et ses compagnons avaient inventé le syndicalisme.

  • A la révolution, le décret «Lyon n’est plus» prévoyait la destruction de quatre maisons du quartier Bourgneuf. Emportés par leur élan, les bâtisseurs allaient écrouler tout le bord de Saône afin d’élargir la route qui s’en va vers le nord. Plus de 130 maisons furent abattues. Les bâtiments actuels étaient le coté colline de la rue de la Peyrollerie (la perrollerie était l'art de fabriquer les articles de vaisselle) dans le quartier Bourgneuf. Les bâtiments coté Saône trempaient dans la Saône en un alignement ininterrompu. Pour voir ce style d’architecture, il faut se rendre à Venise.

  • A la période de la révolution, le sculpteur Hérald Legendre avait eu le projet de sculpter le rocher sous la forme d'un gigantesque Lion. Le 9 septembre 1792, des révolutionnaires sont entrés au château de Pierre Scize et ont massacré la garde. L’année suivante, le château et la falaise sont devenus une carrière. Sur l’emplacement libéré, on a construisit l’entrepôt pour le fourrage de la cavalerie.

  • En 1812, on continuait de creuser dans le rocher de Pierre Scize pour agrandir la route de Paris.

  • Par la suite, la nécessité d’éviter les crues de la Saône et les progrès de la technique ont permis l’endiguement de la rivière de 1811 à 1828.

  • Il fallut encore le rehausser, la crue de 1856 ayant montré ses insuffisances, pour lui donner son aspect actuel.

  • Une plaque indique que Berty Albrecht avait son bureau clandestin au n°87 et qu'elle a été tuée le 29 mai 1943.


Art et associations


  • Une plaque indique que le peintre Charles Ludin (1867-1949) a vécu au 53.

  • Au n°110, un club de Karaté Okinawa Shaolin.

  • Néel fabrique des flûtes, Eschenbrenner est luthier, Patrick Gabet sculpteur sur bois et il y a deux ébénistes.

  • Le bas port est apprécié de quelques pêcheurs.

  • En 1979, Jacques Serverin a publié les Ombrelles du quai Pierre Scize.



Commerces et services


  • C'est le quai des boites de nuit, elles sont 25, sortir à Lyon.com doit renseigner sur leur actualité.

  • Sept restaurants dont l'étoilé Tête d'Oie et un snack.

  • Le quai est un pôle pour l'électricité avec quatre entreprises et trois magasins.

  • Le vendeur de cycles Véran est toujours présent alors que le vendeur de motos Alexis est parti plus loin.

  • Trois médecins, quatre kinésithérapeutes, un ambulancier, un magasin de matériel médical.

  • Un magasin d'artisanat, un architecte, un armurier, deux agences immobilières, une de voyage, un coiffeur, un avocat, deux garages auto, une salle de jeux, quinze sociétés, un cours et quelques pissotières.



Mai 2006

Publié le
Dernière mise à jour :
Auteur :
Publié par : ruesdelyon.nethttp://www.ruesdelyon.net/img/rue-de-lyon-logo-1476775263.jpg

Avis

Donnez votre avis

Quai Pierre Scize

Quai Pierre Scize

Le quai Pierre Scize longe la rive droite de la Saône dans le neuvième, puis le cinquième. Il vient en aval du quai Chauveau, après la montée de l'Observance, et en amont du quai de Bondy, après la place Gerson et la passerelle Saint Vincent.

30 autres entrées dans la même catégorie :